Une année d’alternance: Les Chefs des confessions religieuses préoccupés  par les querelles de la coalition FCC-CACH

0
421
vue des chefs des confessions religieuses

Réunis au sein d’une Plateforme, les Chefs des confessions religieuses se disent préoccupés par des querelles et disputes de nature à compromettre la chance du décollage du pays à la suite de l’alternance à la tête de la République Démocratique du Congo. Ils l’ont déclaré à la presse vendredi 24 janvier 2020 à Kinshasa, après la signature de la charte qui les unit.

Mgr. Marcel Utembi, Président de la plateforme des confessions religieuses qui a lu la déclaration s’exprime:

S’il est vrai qu’en une année on ne peut pas tout changer, notre préoccupation est d’autant plus grande que les alliés de la coalition au pouvoir qui sont censés travailler dans la cohésion pour faire face à ces défis, s’illustrent, surtout ces derniers temps, par des querelles et disputes de nature à compromettre la chance du décollage du pays. L’escalade verbale commencée par les militants est montée au niveau des animateurs politiques et,  pire encore, elle atteint les animateurs des institutions’.

A cette étape, il invite les alliés au pouvoir à évaluer l’impact de leur coalition dans la vie des congolais et de tirer courageusement des leçons pour l’intérêt supérieur de la nation. Tout en appelant les uns et les autres au calme, il appelle à la modération dans le langage et compte rencontrer à tour de rôle les animateurs des Institutions étatiques et d’autres personnalités en vue de partager la vision et apporter la contribution de la plateforme pour l’avènement d’un Congo prospère. Ouverte à ce qui unit plutôt que ce qui divise la République, la plateforme se dit prête à offrir ses bons offices chaque fois que besoin se fait sentir.

Avancées et défis

Une année après l’alternance à la tête de la République, les Chefs des confessions religieuses constatent quelques avancées pour lesquelles ils félicitent et encouragent toutes les personnes et institutions impliquées, particulièrement la coalition au pouvoir. Il s’agit de

la décrispation du climat politique en général avec les actes concrets comme le retour des exilés politique, la libération des prisonniers politiques, la liberté des manifestations et l’encadrement de la police ; la sensibilité des autorités aux difficultés de la population surtout en cas de sinistre ; la redynamisation des relations diplomatiques avec beaucoup de pays ; l’évolution positive dans le processus de la gratuité de l’enseignement ; le progrès des FARDC dans la partie orientale du pays dont les Nord-Kivu, Sud-Kivu et Ituri.

Par ailleurs, le pays fait face à des défis qui, s’ils ne sont pas affrontés de façon responsable, le changement que le peuple congolais a souhaité de tous ses vœux restera un vain slogan. C’est le cas de

la dégradation de l’économie ; la persistance de la corruption ; l’instrumentalisation de la justice ; le détournement des deniers publics ; la porosité des frontières ; la persistance de l’insécurité, particulièrement dans l’Est ; le banditisme urbain ; la panne du processus électoral ; l’exploitation illicite des ressources naturelle.

Il faut la déclaration concerne huit Chefs des confessions religieuses à savoir: l’église Catholique; l’Eglise du Christ au Congo (ECC); la Communauté Islamique en RDC (Comico); l’église Orthodoxe; l’Armée du Salut; l’Eglise de Réveil au Congo (ERC); l’église Kimbanguiste; l’église indépendante.

Imani

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
19 + 6 =