Sylvere Boswa : « la loi Tshiani est une diversion et une autre tentative de tricher aux élections en 2023 »

0
64
Sylvere Boswa, Secrétaire général du Parti communiste congolais (PCCO)

Secrétaire Général de parti communiste congolais (PCCO) réagit à la proposition de loi Noël Tshiani sur la congolité. Sylvere Boswa estime que cette loi est une diversion et une autre tentative de tricher aux élections de 2023.

 

La question de congolais de père et de mère pour postuler à la tête de la RDC fait jaser. Le Président du PCCO est formel :

‘’La congolité est une véritable boîte à pandore. L’on ouvre cette porte avec plaisir mais personne ne saura la  fermer sans recevoir des coups’’.

Pour Sylvere Boswa, cette loi ouvre la porte à la culture du racisme d’où naîtra la xénophobie qui sera une provocation. De plus, elle doit être en mesure de définir la place au Congo démocratique des enfants nés d’un mariage mixte. Ce, sans oublier la sanction réservée aux hommes politiques « non congolais » ayant exercé les fonctions publiques aujourd’hui.

Loi Tshiani, non à la discrimination

Sylvere Boswa dénonce :

‘’Multiplier des stratégies pour rester longtemps au pouvoir ; avec des lois injustes discriminatoires et injustifiées est une source des conflits et des rébellions inutiles’’.

Il souligne que le seuil avait une mission de tricher aux élections. Mais, qu’a représenté ladite majorité parlementaire après l’avoir obtenu.

‘’La loi Tshiani aussi est une tricherie. Sans recensement ni une carte d’identité congolaise ; avec quel critère monsieur Tshiani va fabriquer pour étiqueter les uns des congolais d’origine et les autres d’ étrangers?’’.

Loi Tshiani, vivement la compétence

D’après Sylvere Bonswa, le pays a besoin de la compétence des patriotes au sommet des institutions, mais pas de diversion.

Il rappelle que le colonel Mamadou Ndala, congolais issu d’un mariage mixte avait bien défendu la RDC. Yerodia Abdoulaye Ndombasi l’avait également fait devant la tribune de l’ONU. Car, il a demandé aux voisins rwandais de garder leur statut. De plus, ce dernier a invité les congolais de prendre n’importe quelle arme pour écraser l’ennemi.

‘’Il l’a dit, au moment où des professeurs, éminents juristes, officiers et hommes politiques congolais nés de père et mère étaient dans la poche des ennemis’’.

Judith Asina

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 − 1 =