Sud-Kivu : Trois étudiants arrêtés lors  d’un sit-in devant le bureau du Gouverneur

0
123

Les étudiants du Sud-Kivu ont organisé un sit-in devant le bureau du Gouverneur, mercredi 27 janvier 2021. Lors de cette manifestation visant à réclamer la reprise des cours, la police a arrêté trois d’entre eux.

 

En effet, la police a interrompu ce sit-in alors que les étudiants ont prévu de remettre un mémo au Gouverneur du Sud-Kivu. Leurs collègues appréhendés, ont été acheminés au poste de la police de la Botte située à la commune d’Ibanda.

De ce fait, le Comité provincial des étudiants exige la libération immédiate de leurs collègues. Ils ont également promis de continuer leurs actions, jusqu’à la réouverture de l’année académique. Pour eux, le risque de propagation du Covid-19 qu’ont avancée les autorités nationales ne tient pas debout.

Ces étudiants doutent de l’existence effective de la maladie dans du Sud-Kivu. Il s’agit d’une province appelée zone rouge parmi les 26 provinces de la RDC. D’autant plus que le centre de traitement des malades de Bwindi est fermé depuis quelques mois.

Les étudiants sont sereins  

Selon Romeo Ushindi, Président provincial des étudiants, ce sit-in fait suite à une série d’actions lancées depuis début janvier. Question d’obtenir des autorités, la reprise des activités académiques en République Démocratique du Congo.
Seuls les membres du Comité provincial du Collège des étudiants, accompagnés de leurs porte-paroles devraient prendre part à cette manifestation. Il regrette qu’ils soient réprimés pour une cause noble.
Pour rappel, les Autorités du pays avaient décidé, en décembre 2020, de suspendre la rentrée académique à travers la République. Pour cause ? La montée vertigineuse des cas de covid-19 suite à la deuxième vague de la pandémie.
Depuis lors, des voix se lèvent pour réclamer la reprise de ces activités. Certains acteurs de la société civile s’interrogent sur le maintien de cette décision dans le seul secteur de l’enseignement. Alors que les autres activités se poursuivent normalement, telles que dans les marchés, les bars et les églises.
Joseph Manegabe

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 − 10 =