Sud Kivu : « les inondations et autres catastrophes naturelles sont dues à la déforestation à Kalehe».

0
259
Catastrophe d'inondation à Kalehe. Image/Pascal

C’est la réaction de Nestor Balyana, Député Provincial du Sud-Kivu, à un reporter de la radio Svein, samedi 11 mai 2020. Une réflexion due aux multiples catastrophes naturelles qui causent d’énormes dégâts dans le territoire de Kalehe, au Sud-Kivu.

Nestor Balyana précise que les inondations et autres catastrophes sont la résultante du déboisement dont fait face ce territoire. Le sol de ce territoire  est sablonneux et ne résiste pas aux écoulements des eaux.  Il appelle la population, le gouvernement provincial et ONG tout faire pour y replanter des arbres. Ce député provincial lance :

“Nous le disons toujours, le sol de Kalehe est sablonneux. La coupe rase provoque le glissement de terre et par-dessus tout, des inondations. Nous devons replanter les arbres dans ce territoire. Nous demandons à tout le monde, dirigeants, ONG de songer rapidement au reboisement pour sauver ce qui peut l’être”.     

OCHA rapporte

Un bulletin publié en 2014 par l’agence humanitaire des nations unies (OCHA) l’avait prévenu. Ladite agence précise que Kalehe est un des territoires où le risque de catastrophes naturelles demeure élevé.

Depuis 2009, il reste le territoire avec le plus grand nombre résiduel de déplacés (233 394, soit 38% des 618 326 déplacés du Sud-Kivu). Une situation héritée de l’activisme des groupes armés et amplifiée au cours du troisième trimestre 2014. Les familles déplacées et leurs familles d’accueil sont déjà fragilisées par les mouvements de population. Leur vulnérabilité est de plus en plus exacerbée par les catastrophes naturelles.

Vie insupportable après inondations. Image/Pascal

Cependant, l’ensemble de la Province du Sud-Kivu est à risque. OCHA rapporte qu’en 2013, les catastrophes naturelles ont affecté plus de 40.000 dont 10 morts et 16.000 déplacés. Les territoires les plus touchés étaient Fizi, Idjwi, Kalehe, Uvira et Walungu. En fin septembre 2014, un vent violent accompagné de pluies avait détruit 363 maisons à Lulimba, au sud de Fizi. Tandis que des pluies violentes détruisaient 10 maisons et la toiture d’une école primaire à Fizi centre.

En Avril 2020, la ville et le territoire d’Uvira étaient la scène de débordement des eaux. Cela, suite aux fortes pluies diluviennes en date du 17 Avril. Par conséquent, une cinquantaine de morts et plus 77.700 ménages sont restés sans abris.

Kalehe n’échappe pas

Depuis plus de cinq ans, le territoire de Kalehe est le théâtre d’un certain nombre de catastrophe naturel. Pour causes ? Les pluies diluviennes ou éboulement de terre.

samedi 25 octobre 2014, une centaine de personnes était morte suite aux fortes pluies dans plusieurs localités. Il s’agissait de Bushushu, Rambira, Nyambasha et Nyamukubi dans le groupement de Mbinga-Nord. 

Le 16 décembre 2015, il y a eu d’autres victimes causées par des inondations dues aux fortes pluies dans plusieurs localités. Ce qui a emporté des maisons et plusieurs autres biens de valeurs. Plus de 160 personnes à Minova étaient restées sans abris à l’époque.

Dans la nuit du 5 au 6 Mai 2020, neuf enfants d’une même famille sont mort dans un éboulement au village de Murambi. La pluie demeure toujours la cause principale de cette catastrophe au territoire de Kalehe.   

Pascal Kamanzi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 + 7 =