Sud-Kivu : Le service de protection civile manque des moyens pour remédier aux catastrophes à répétition

0
154
la ville de Bukavu fait face à des éboulements des terre. Ici à Muhungu

Des éboulements de terre, des incendies, l’affaissement du sol. Telles sont des catastrophes qui se répètent  dans la province du Sud-Kivu en RDC. Il se fait que le service de protection civile existe bel et bien, mais manque des moyens pour remédier à cette situation.

Tenez ! Depuis des années, la ville de Bukavu fait face à des éboulements des terre ; comme celui survenu sur l’avenue de la Poste derrière le marché feu rouge. Il y a également l’effondrement de la clôture de l’action sociale Cheche ; la fissure visible à Muhungu pour laquelle les habitants sont priés de quitter l’avenue. Cela, sans oublier les incendies des maisons au cours  desquels les victimes perdent tous leurs biens.

Aussi, l’affaissement du sol dans la commune de Kadutu, non loin du marché dit Bashomeur, menace de couper la route ; et d’emporter toutes les maisons érigées en ce lieu. A cela s’ajoute les eaux de pluies qui emportent tout à leur passage au niveau de la place de l’indépendance. Il s’agit de passant, véhicules, Kiosque et maisons.

Appel au service de protection civile

Devant ce tableau sombre, il est nécessaire  que le service de protection civile en province soit actif. Ce qui n’est pas encore le cas. Tout le monde ne se mobilise que lorsqu’il y a catastrophe pour évaluer l’ampleur des dégâts. Ainsi, l’autorité achète des cercueils pour enterrer les victimes.

L’expression courante dans de pareille circonstance est ;

« Le gouvernement provincial a pris en charge les obsèques des victimes ; l’autorité va évaluer l’ampleur de dégât pour avoir des solutions idoines ».

Cependant, le temps passe sans rien faire. L’opinion se souviendra de l’éboulement survenu sur les avenues Ruzizi et Bourguignon au quartier Ndendere dans la commune d’Ibanda en 2019.

En effet, l’autorité provinciale avait promis la délocalisation de tous les habitants sur ces sites qualifiés d’impropres à la construction. Chose qui n’est jamais arrivée.

Manque des moyens

Incendie à Bukavu. Image/Tiers
Incendie à Bukavu. Image/Tiers

Rencontré, Me Adolphe Bandeke, Coordonnateur provincial du service de protection civile a donné certaines précisions.
Pour lui, ce service est parmi ceux qui doivent intervenir pour protéger la population contre des catastrophes ; et en cas d’accident ou autres catastrophes.

En effet, ledit service est toujours en première ligne pour intervenir. Cela, vu sa mission principale qui consiste à garantir l’intégrité physique et humaine saine de tout habitant de la RDC. A cela s’ajoute le contrôle des médicaments et denrées alimentaires que consomment les habitants ; les soins médicaux que procurent les formations sanitaires ainsi que la gestion et la prévention des catastrophes.

« La première mission de la protection civile est de protéger l’individu. Nous avons plusieurs services dans notre coordination,  comme le service de contrôle qualité. Ce dernier se rend dans des pharmacies et boutiques pour contrôler la qualité des produits que consomme la population. Il y a également un service d’anti incendie  et  celui de la prévention de catastrophe.  Dans le cas d’accident, c’est la protection civile qui est le premier service qui doit se rendre sur le lieu de drame. Mais, ce genre de service nécessite beaucoup de moyens ».

Il faut signaler que sur terrain, les agents de la protection civile en gilet de service sont souvent méconnus des habitants. Lesdits agents sont parfois des civils ou policiers dans l’exercice de leurs tâches.

Pascal Kamanzi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
16 + 28 =