Sud Kivu: le parti politique Union pour la nation congolaise vers une une division

0
109
Une autre frange du parti politique Union pour la Nation Congolaise dans la province du Sud Kivu marche pour soutenir la coalition qui gère la province (Theo Kasi et Fiston Malago). Ceci pour contredire l’inter fédération qui récemment dans une déclaration politique avait retiré sa confiance au gouverneur Theo Kasi sous prétexte que ce dernier ne consulté pas l’administration du parti pour la nomination des mandataires et la gestion opaque de la chose publique.
Cette déclaration de l’inter fédération divise encore plus ce parti qui du reste depuis la sortie du gouvernement provincial au sud Kivu, des grognes et indignation s’y observe. Dans un camp on retrouve un petit groupe des satisfait proche du vice gouverneur Fiston Malago Kashekere et de l’autre camp, des indignés porteurs des drapeaux proche du président fédéral sans pouvoir Richard Bunani.
des observateurs et analystes politiques présagent déjà la fin de se parti si dans l’immédiat le directoire national n’y apporte solution satisfaisante aux uns et aux autres. aujourd’hui déjà, au siège provincial de ce parti, certains militants porteurs des drapeaux comme on les appellent et toujours présents à la permanence du parti se demander ce qu’ils faisaient encore dans l’UNC pourtant déconsidérer par les preneurs de décision se trouvant à Kinshasa malgré tout ce qu’ils ont fait comme sacrifice pour ce parti.
« j’ai donné le meilleur de moi-même pour l’UNC et Vital Kamerhe , j’ai perdu le petit travail que j’avais seulement par ce que je croyais dans la vision de Vital Kamerhe, la politique n’est pas comme à l’eglise où je donne ma dime sans rien attendre en retour, je suis militant de première heure à l’UNC, je peut vous montrer les cicatrices sur mon corps que j’ai encaissé lorsque nous demandions l’alternance dans ce pays, je crois que cette manière devrait venir des autres parti et pas dans l’UNC, ce que nous reprochions hier à d’autres partis nous rattrapent aussi aujourd’hui. on ne peut pas gerer un parti de masse comme sa propre famille » a donc regretter un militant.
cette autre dame d’une trentaine fustige que son parti marche aussi dans la rue pour soutenir un gouverneur et son vice pour un motif inconnu selon elle,
« nous étions toujours le premier  à critiquer le PPRD quand il dirigeait encore le pays pour organiser des marches avec l’argent de la province, voilà que nous aussi sans motifs nous organisons une marche pendant que nous sommes tous conscient que la vie est très difficiles et s’alourdissent d’avantage, au lieu d’organiser des matinées politiques pour former encore et encore nos militants, nous sommes dans des guéguerres inutiles entre nous, certes c’est une démonstration des forces entre les pro Malago face à l’autre camp du président BUNANI mais ceci n’aide en rien notre parti, Vital Kamrhe devrait venir à Bukavu pour recadrer les uns et les autres aussi on adhère pas dans un parti politique pour accompagner les autres, je ne peut pas comprendre que je milite dans un parti pendant dix ans et que des noms inconnu ou des nouveaux adhérents qui n’ont même pas deux ans soient nommés et me laisser moi pendant que j’ai aussi le niveau » s’indigne cette femme
un curieux présent sur lieu de départ de cette marche voit la fin de l’UNC proche, quand un parti politique commence à se diviser, rassurerez vous de sa fin, on ne peut pas gérer un parti politique par des sentiment, seul la raison doit primer sur toute chose, dans la politique seul l’intérêt prime au dessus de toute chose, ce qui marche aujourd’hui se de leur droit mais avant de le faire, il faut vous rassurez si tout le monde est avec vous, aujourd’hui se parti est entrain de perdre sa crédibilité en étant collé sur des individualité et plus à la masse.
« l’UNC devrait être un bon parti au Sud Kivu où il est né d’ailleurs, mais le comportement de certains de ses cadres laissent à désireux , il est inconcevable que dans un parti politique l’on nomme des gens au niveau de la province sans consulté le bureau qui gère le parti en province, ce qui sont à kinshasa ne maitrisent pas ce qui se passent en province, on est d’accord que personne ne peut mieux maitriser l’UNC au Sud Kivu que son répondant numéro, et quand il déconsidérer dans la prise de décision, on peut tout simplement se dire que se parti n’a pas d’avenir » nous précise Roland, un habitant de Bukavu.
Contexte
L’UNC est en coalition avec le FCC pour la gestion de la province du Sud Kivu, ce qui explique la présence d’un vice gouverneur de l’UNC et du Gouverneur de l’AFDC ; pourtant, depuis la sortie du gouvernement provincial, la relation n’a jamais été bonne, l’indignation de l’UNC au début était celui de n’avoir que 12 mandataires parmi les 170 nommés par le gouverneur de province à différents postes. l’inter fédération de l’UNC en province du Sud Kivu fustige le fait de n’avoir pas été consulté même pour la nomination de ces 12 mandataires sorti sur arrêté, dans une déclaration politique lis devant la presse par le porte parole de l’UNC en province du Sud Kivu la semaine dernière, Me Papain Nzuluni avait déclaré que même parmi les 12 personnes nommées au compte de l’UNC il ya de personne qui n’ont jamais été membre de l’UNC.
Après cette sortie de l’inter fédération, la jeunesse de ce parti avait réagi en montrant que c’était inopportun cette déclaration de l’inter fédération. à Kinshasa, le secrétariat général avait rendu public une lettre appelant aux uns et aux autres à la retenue.
Récemment, c’était Manu Birato, un operateur économique de Bukavu et ancien membre de ce parti qui avait quitté le navire pour n’avoir pas été nommé.
La rédaction.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 ⁄ 9 =