Sud-Kivu: la situation de la santé mentale est préoccupante

0
48
Participants aux activités sur "santé mentale et discrimination" au Centre Psychiatrique de Sozame/Bukavu

Le Ministre provincial de la santé du Sud-Kivu a déclaré que la situation de la santé mentale est préoccupante. En 2019, le centre psychiatrique de Sozame a soigné 19.000 cas.

Le monde entier a célébré la journée internationale de santé mentale, samedi 10 octobre 2020.
Pour cette année, le thème est “La santé mentale et discrimination”.

A Bukavu, au Sud-Kivu, une cérémonies s’est tenue au Centre Psychiatrique de Sozame situé à Karhale dans la commune de Kadutu.

A cet effet, Dr Dévote Ciregano médecin provincial du programme santé mentale au sud Kivu a explicité. Cette journée, dit-il, est une occasion d’unir les différentes parties prenantes. Objectif? Echanger sur les problèmes que connaissent les malades mentaux. Par exemple, la discrimination à la quelle ces derniers sont victimes vis-à-vis de la société; le non accès aux soins de santé pour certains; d’autres accèdent aux soins mais ne sont pas pris en charge par leurs familles.

De son côté, Cosmos Bishisha, Ministre provincial de la santé a signalé que la situation de la maladie mentale est préoccupante au sud Kivu. Cela, vu les statistiques de l’année.

Il faut souligner qu’en 2019, le centre psychiatrique de Sozame a soigné 19.000 malades mentaux. Aussi, ce centre a pris en charge 35.000 cas depuis son existence.

La santé mentale et le spirituelle

Santé mentale, un problème de société. Image/Tiers
Santé mentale, un problème de société. Image/Tiers

Selon Cosmos Bishisha, ceci peut paraître normal compte tenu des différentes guerres à répétition qu’à connu la province; les catastrophes naturelles telles qu’incendies, éboulements, inondations. Des situations qui n’ont fait que laisser les séquelles et traumatisme dans les mémoires des paisibles citoyens. Car, on ne sait plus identifier qui est malade mental et qui ne l’est pas.

Ainsi, il a appelé la communauté à considérer et encadrer ces derniers car étant des malades comme tant d’autres.

Il a découragé les responsables des chambres des prières qui détiennent cette catégorie de malades. Car, leur place n’est pas là, mais plus tôt au centre psychiatrique Sozame.

Il en ai de même pour ceux-là qui aggravent leurs situations en leur donnant des boissons fortement alcoolisées.

Au départ, cette cérémonie a débuté par une messe d’action de grâce qu’a dite père Christian Nyakasane de la congrégation de Palotin. Dans son homélie, il a demandé aux malades de croire et espérer toujours en Dieu tout puissant pour la restauration de leur santé.

Louise Busane

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 − 1 =