Sud-Kivu : la Fondation Panzi accompagne la Cour d’appel de Bukavu à l’audience Foraine de Kabamba

0
532
La chambre face à la foule

La Cour d’appel de Bukavu tient une audience foraine de 21 dossiers des violences sexuelles à Kabamba, territoire de Kabare au Sud-Kivu. La Fondation Panzi accompagne cette action qui se déroule du 31 janvier au 10 février 2022.

Le choix de Kabamba s’explique par la recrudescence des groupes armés aux alentours du Parc Kahuzi Biega. Car des poches d’insécurité sont signalées à Bunyakiri, Kalonge, Katasomwa, Bushaku, Ziralo, Lumbishi et dans les hauts plateaux de Kalehe.

Pas plus tard que le 28 janvier 2022 ; un militaire a logé trois balles à la poitrine de sa femme Anne-Marie qui a succombé sur place.

Jean-Pierre Amani, psychologue de la Fondation Panzi est affecté à ce procès. Selon lui, la sensibilisation sur les Violences basées sur le genre (VBG) manque dans l’armée régulière.

“Je constate qu’il y’a manque de maîtrise de soi, de contrôle des émotions ; ou des problèmes psychiques ou la non-vérification de l’information reçue. Une déception amoureuse ou une jalousie mal orientée peuvent causer ces genres de réaction’’.

Il estime que la présence des victimes à la barre en appel, leur rappel une fois de plus les problèmes.

“Ces audiences amènent les victimes à une reviviscence ou elles vivent encore ce moment difficile. C’est la raison d’une présence active des psychologues pour les accompagner et les préparer à affronter cette nouvelle réalité’’.

Cependant, affronter la justice leur donne la joie de vivre encore. D’où, il y a renforcement des sources résilientes. En plus, elles ont espoir à la réparation.

La société civile assiste à l’audience Foraine

La foule

Sur place, Joseph Kashabiza de la Nouvelle dynamique de la société civile de Kalehe suit de près cette audience foraine. Il s’agit d’une première qui s’organise grâce au soutien de la fondation Panzi.

“C’est un acte plus que positif de voir que la Fondation Panzi accompagne les victimes vulnérables. J’appelle la population à la retenue car les choses ne sont pas faciles qu’on le croit. Les violences sexuelles sont condamnables’’.

Quid de l’audience Foraine ?

Il faut souligner que quatre prévenus étaient à la barre mardi 1er février 2022.

Une réfutation de grief repose pour la plupart sur motivation erronés du premier juge.

Si pour le premier condamné, on réfute le viol à la suite du manque de pénétration ; l’âge de la victime a fait objet des discussions pour le deuxième cas.

La motivation de jugement laconique ou squelettique et contradictoire argumente la défense pour le troisième cas. Ici, la victime a 63 ans.

S’agissant de la réaction du procureur général dans ses réquisitoires et de la partie civile ; tous restent unanimes quant à la culpabilité des prévenus. Ainsi ils martèlent que les jugements de première instance soient confirmés au second degré ; car n’ayant pas énervé les motifs d’appel.

Le mercredi 2 janvier 2022, la cours d’appel du Sud-Kivu s’est déplacées vers Katana, lieu de la commission des faits. C’était pour auditionner les témoins à charge afin d’éclairer sa religion. Puisque le prévenu était en dénégation total des faits lui reprochée dans le dossier RPA 3761. Ce qui opposait le prévenu à une fillette de 12 ans.

Dans l’un des cas, il y avait une saisine irrégulière par manque de pièce de procédure au dossier ; à savoir la citation au prévenu qui avait saisi le premier juge à l’audience introductive d’instance.

Me Ganza reste sceptique : « C’est un moyen qui joue au désavantage de la victime car la cour n’a pas eu l’opportunité d’examiner le dossier de la victime au fond et se focalise sur la forme », pense-t-il.

Judith Asina

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 − 17 =