Sud-Kivu : CSAC menacé de déguerpissement pour treize mois de non-paiement de loyer

0
530

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC/Sud-Kivu) situé à Bukavu est menacé de déguerpissement. Pour cause ? Treize mois de non-paiement de loyer.

 

Janvier Museme, coordonnateur provincial de cette structure l’a dit à votre média.

Selon lui, le CSAC/Sud-Kivu n’a pas les moyens de sa politique. « Nous avons à faire à cette insuffisance-là qui nous handicape sérieusement », explique-t-il. A l’en croire, les effectifs organiques sont désormais réduits à trois, en termes de ressources humaines.

Cependant, il n’y a qu’une seule unité qui travaille encore : le coordonnateur provincial lui-même. Alors qu’une province comme le Sud-Kivu, avec huit territoires et quatre villes a beaucoup de problèmes. D’autant plus qu’il faut faire la régulation non pas à distance, mais sur place pour entendre les médias. Il regrette :

‘’Il n’y a pas de moyen de mobilité, ni un cadre de travail. Aujourd’hui, le bailleur nous a déjà sommé d’évacuer son local pour treize mois de non-paiement. Ce n’est pas normal ! Il a droit de recueillir ce qui lui revient’’.

Par conséquent, il y a lieu d’organiser des séances de travail à ce sujet. Il rappelle que CSAC attache plus d’importance à l’approche pédagogique du mandat constitutionnel de cette instance citoyenne d’appui à la démocratie.

Causes de manque de moyen au CSAC/Sud-Kivu

Pour Janvier Museme, c’est d’abord la crise institutionnelle au niveau du gouvernement central ; qui est la cause de ce manque de moyen et tout le monde le sait.

Ensuite, les deux institutions du Sud-Kivu qui ne s’entendent pas et qui paralyse tout. Pourtant, une institution comme le CSAC est une innovation dans la politique. Parce que c’est une instance d’appui à la démocratie telles que la CENI et la CNDH. « Le CSAC est le parent pauvre », déplore-t-il.

CSAC/Sud-Kivu lance un cri d’alarme

Pour en découdre, il demande aux Autorités de venir en aide, non pas de à la personne de Janvier Museme ; mais plutôt à l’institution puisque les hommes passent et les institutions restent. Il s’agit de mettre le peu qu’ils ont à la disposition de cette institution. Car, dit-il, tout le monde l’attend.

Il estime que Bukavu comme capitale de la province n’est pas le Sud-Kivu ; comme on a toujours dit que Kinshasa est le siège des institutions mais n’est pas la RDC. Ainsi il faut tenir compte des spécificités singulières pour chaque province qui constitue un Etat dans l’Etat.

Judith Asina  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
23 + 28 =