Sécession du Kivu: Dr. Mukwege accuse les auteurs des guerres et souffrances insupportables des populations

0
429
Dr Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018

Le prix Nobel de la paix s’insurge contre tout projet allant dans le sens de balkaniser la RDC. Dans une mise au point du jeudi 2 juillet 2020, Dr. Denis Mukwege désapprouve la création d’une « République du Kivu ».

Il a décidé de prendre le taureau par les cornes et faire face à ceux qu’il qualifie d’instigateurs du complot de balkanisation. Les mêmes qui ont franchi le Rubicon et inscrits illégalement son nom sur la liste d’un prétendu gouvernement du Kivu.  

A cet effet, Dr. Denis Mukwege tape du poing sur la table et dit :

« Je tiens tout d’abord à exprimer ma désapprobation face à  ces agissements. Car, ils relèvent de l’usage du faux et de la diffamation, passibles de poursuites judiciaires ».

Comme hier, aujourd’hui et demain, il promet de défendre la RDC dans ses frontières acquises en 1885.

« Je resterai attaché à l’unité nationale, au développement, à la justice et à la paix », dit-il.

Attention au piège de « République du Kivu »

Le Gouverneur Theo Ngwabidje Kasi tenant le tract de drapeau de la soit disante Province du Kivu
Le Gouverneur Theo Ngwabidje Kasi tenant le tract de drapeau de la soit-disante Province du Kivu

Dr. Mukwege attire l’attention de la population sur le piège que cache ce « fallacieux »  projet d’indépendance du Kivu.

Objectivement, c’est une énième tentative de déstabilisation et de démembrement de la RDC.

Selon lui, ses auteurs seraient les mêmes traitres qui imposent aux populations des guerres et des souffrances insupportables. Ce, depuis 25 ans et en complicité avec des forces étrangères. Le but est de diviser le pays et l’affaiblir pour mieux piller ses ressources naturelles et asservir sa population.

Pour lui, ce sont les mêmes qui, depuis dix ans, bloquent le « Rapport Mapping » des Nations Unies. Un document qui a répertorié 617 crimes graves commis en RD Congo entre 1993 et 2003.  Le décompte macabre continue malheureusement jusqu’à ce jour. Il  rappelle que ces crimes les plus graves sont imprescriptibles. Car, il s’agit des femmes qui étaient enterrées vivantes, tout simplement puisqu’elles étaient Congolaises; des croyants calcinés dans des églises, des malades assassinés sur leur lit d’hôpital, des populations de villages entiers massacrées, des femmes et des hommes violés. Des crimes de guerre et crimes contre l’humanité qui ne peuvent être ni oubliés, ni rester impunis.

Il appelle la population à la vigilance, au patriotisme et sensibilise :

« Condamnons tous ensemble et avec énergie ce projet de sécession et de balkanisation de notre pays. Ne soyons pas naïfs, ceux qui nous tuent et nous humilient depuis 25 ans ne travailleront jamais pour notre intérêt ».

Vivement des investigations

Le Prix Nobel de la Paix dénonçant à Oslo, les crimes commis son pays
Le Prix Nobel de la Paix dénonçant à Oslo, les crimes commis son pays

Dr. Mukwege appelle le Gouvernement national et provincial à mener urgemment des investigations. Objectif ? Identifier et mettre hors d’état de nuire ces ennemis de notre Nation.

Aux leaders du Sud-Kivu, forces vives de la société civile et les médias patriotiques d’exprimer indignation et rejeter ce complot. Aussi, il les appelle à sensibiliser la population. Cela, avec pour objectif de préserver l’intégrité du territoire national telle que reconquise le 30 juin 1960.

Le prix Nobel de la paix s’adresse également aux Etats amis de la RD Congo; l’Union Africaine et la communauté internationale dans son ensemble. A cet effet, il les invite à condamner ce mouvement dont le but inavoué est de déstabiliser davantage le Kivu. Pourtant, une région meurtrie suite à des guerres à répétition.

La justice congolaise et la justice internationale n’est pas non plus épargnée. Il leur recommande d’œuvrer à l’établissement d’un Tribunal Pénal International pour le Congo et/ou de Chambres spécialisées mixtes. Avec pour mission, poursuivre et condamner les auteurs des crimes commis au Congo depuis au moins trente ans jusqu’à ce jour.

Judith Asina 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 + 2 =