Rupture FCC-CACH : CNPAV réclame l’ouverture d’un dossier judiciaire sur la corruption présumée

0
60

Le “Congo n’est pas à vendre” (CNPAV) invite les Autorités congolaises à ouvrir un dossier judiciaire sur les soupçons de corruption. La synergie fait notamment allusion au spectacle observé lors de la rupture FCC-CACH pour la création de l’Union sacrée.

Dans une déclaration, les organisations membres de CNPAV souhaitent une merveilleuse année 2021 à tous les congolais. Elle formule le vœu de voir la corruption être efficacement combattue et la justice triompher pour le bien du peuple congolais.

Cependant, les Autorités devraient ouvrir un dossier judiciaire sur les soupçons de corruption. Il s’agit entre autres de dernières élections des sénateurs et gouverneurs ; ainsi que ceux observés lors de la rupture de la coalition FCC-CACH.

Aussi, la synergie invite-t-elle la justice congolaise à se ressaisir pour se mettre au service de l’intérêt général. Et non, d’être à la merci d’une partie de la classe politique « corrompue ».

De son côté, le peuple congolais est appelé à se lever comme un seul homme pour dire non à ce phénomène dans les institutions. Car, c’est ce qui compromet dangereusement l’avenir du pays.

Des allégations de corruption

Stop corruption
Stop corruption

Pour CNPAV, la plupart de scandales de corruption que le CNPAV a dénoncée implique les hommes politiques. Ces dernières semaines, le pays a assisté à cette pratique intensivement dans le cadre de la crise politique.

Ainsi le CNPAV constate que les régimes changent mais que la corruption prospère. Par exemple, l’affaire des passeports avec les deux contrats Semlex et Locosem dans l’opacité générale ; et au mépris des règles de passation des marchés publics. Il y a également le dernier scandale de l’Agence de prévention de lutte contre la corruption (APLC). Ce, avec prise de caution illégale en pleine nuit et sous des faux noms.

Un silence inquiétant

De plus, il y a la corruption présumée lors des élections des sénateurs et des gouverneurs ; les déclarations des acteurs politiques dénonçant la corruption dans le cadre la mise en place de l’Union sacrée en cours.

CNPAV regrette que tout se passe dans un silence assourdissant des institutions chargées de diriger le pays.

Judith Asina

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 − 2 =