RDC : « Une conférence panafricaine sur le projet Grand Inga sans la société civile congolaise ».

0
157
Coalition des Organisation de la Société civile pour le suivi des Réformes et l’Action Publique (Corap)

Une organisation citoyenne dénonce l’exclusion de la Société Civile congolaise dans la conférence panafricaine sur la grand Inga. Il s’agit de la Coalition des Organisation de la Société civile pour le suivi des Réformes et l’Action Publique (Corap)

Dans un communiqué, Corap note que le thème de la conférence a eu son focus sur l’hydroélectricité. Il était spécifiquement question du Grand Inga, qui vise essentiellement l’électrification de l’Afrique et non de la RDC en priorité. 

L’organisation constate que le Gouvernement organise d’importantes assises pour viser la satisfaction de la demande énergétique africaine en priorité. Alors que plus de 90% des populations congolaises n’ont pas accès à l’électricité.

A cet effet, elle fustige l’exclusion manifeste de la Société Civile dans cette conférence technique virtuelle. Pourtant, elle est une partie prenante dans le processus. Et ce, en dépit du fait qu’elle a sollicité officiellement d’y prendre part.

Recommandation au Président de la République

Les membres de la Corap dans une séance de travail
Les membres de la Corap dans une séance de travail

De ce fait, la CORAP recommande au Président de la République d’impliquer toutes les parties prenantes au Projet. Cela, y compris les communautés locales et les Organisations de la Société Civile spécialisées sur le secteur de l’énergie ; à la préparation ; à la réalisation ; au suivi et évaluation de cette conférence.

Aussi, le Président Tshisekedi, doit-il faire attention au projet Grand Inga. Car, il peut être porteur de grands impacts négatifs sur l’environnement, le social et l’économie. Ce, au-delà des effets bénéfiques pour le pays.

Le Chef de l’Etat devrait se préoccuper, en priorité, de l’accès de plus de 90% de populations congolaises à l’énergie. Ce qui passe, entre autres, par une approche décentralisée. Pour ce faire, il doit sur le développement de 60 GW de potentiel hydroélectrique et de l’énergie solaire du pays.

Rappel du projet Inga

Le barrage d'Inga
Le barrage d’Inga

En 1925, le colonel Pierre Van Deuren présente au Roi des Belges, plan de la construction de sept barrages. Il est ici question d’exploiter le débit du fleuve Congo de 41.000m3/sec réputé deuxième au monde. Objectif ? Faire de la colonie belge la première puissance énergétique du continent, capable d’exporter son électricité. Mais la 2ème Guerre mondiale compromet sa réalisation. En 1958, à la fin de l’époque coloniale, le projet est relancé. Toutefois, son exécution ne verra jamais le jour.

Plus tard, les barrages d’Inga I et II seront construits sous le régime du Président Mobutu,. Projet réputé politique pour l’acheminement du courant d’Inga jusqu’aux mines de cuivre et de cobalt du Katanga. Il vise aussi à fournir l’électricité à une usine d’aluminium géante et à l’industrie chimique de pointe.

Dans les 2 cas, les autochtones n’était jamais d’indemnisés et la population congolaise n’était pas non plus le focus.

Raison pour laquelle, la Corap fustige, l’exclusion manifeste de la Société Civile dans cette conférence technique virtuelle.

Amani

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =