RDC: Un député provincial du Sud-Kivu porte plainte contre la Monusco

0
520
Homer Bulakali, député provincial Sud-Kivu.

Il a déposé plainte contre les soldats la MONUSCO au Bureau du Procureur près la cour d’appel de Bukavu, vendredi 8 mai 2020. La mission onusienne est accusée d’avoir pris part aux crimes commis en République Démocratique du Congo.

La plainte est signée Homer Bulakali, Député provincial du Sud-Kivu.

Il cite par exemple, le bombardement au Sud-Kivu en 2004 d’une position des congolais en autodéfense à Kasheke en territoire de Kalehe. Ce, alors que le conseil de sécurité de l’ONU n’avait pas encore décidé de l’adoption du chapitre 7.

Il cite également le massacre de Kamananga à Bunyakiri, en territoire de Kalehe. Ici, des paisibles citoyens avaient été massacrés le 24 mai 2012 vers 5 heures du matin en présence de la Monusco. Massacre intervenu un jour après la patrouille des soldats de la Monusco dans ce village.

Travail de mémoire

Ce député provincial reproche également à la Monusco d’avoir profané des fosses communes à Bukavu, au terrain de l’ISP. Endroit où était enterré une vingtaine de congolais des années 1996, 1998 et 2003. Pour ce Député, ce terrain de l’ISP devrait être un lieu de pèlerinage et pas un camp militaire.

« Nous rappelons que lors des guerres d’agression de rébellion qui ont endeuillées la RDC en 1996, 1998, 2003 …; les corps étaient enterrés dans des fosses communes le long des routes. C’était aussi dans des jardins, des fosses septiques… Le terrain dit du rond-point ISP jadis utilisé comme jardin fait sans aucun doute partie de ces lieux sacrés; où nos concitoyens avaient été enterrés. Ce, au vu et au su du plus grand nombre. Le sol de ce site historique qui était en même temps l’un des plus grand réservoir des preuves des massacres commis en RDC a été creusé puis emporté à un endroit inconnu » insiste-t-il.

Et d’ajouter,  « Son contenu en reste humain a aussi été emporté avec le sol. Cet agissement a, à notre avis, entre autres objectif, d’essayer de faire disparaitre les traces de ce génocide que l’ONU refuse de déclarer probablement pour les même raisons que ses preuves sont en train d’être effacés »  a declaré le deputé Homer Bulakali

Passivité complice

Il accuse également la MONUSCO d’avoir été passif dans lors des massacres de Mutarule dans le territoire d’Uvira. Dans sa plainte, on peut lire :

« Nous notons que la présence des soldats dans le village de Mutarule en territoire d’Uvira doit avoir été motivée. Cependant, certains civils armés vivaient près de la position des soldats onusiens sans être considérer comme un groupe armé. Ni encore comme une menace et un danger pour une population autochtone sans arme. Cette passivité nous parait complice et donc criminelle ».  

Le député Homer Bulakali promet d’aller jusqu’au bout pour réclamer justice.

Toutes les tentatives d’entrer en contact avec le porte-parole de la Monusco se sont avérées aucun succès. 

Pascal Kamanzi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 × 3 =