RDC: « SA Women Fight Back » (SAWFB) appelle le Président de l’UA à renforcer la protection du Dr. Mukwege

0
377

L’organisation Sudafricaine « SA Women Fight Back » (SAWFB) appelle le Président de l’UA à renforcer la protection du Dr. Mukwege. Le Prix Nobel de la paix congolais subit des menaces, depuis sa réaction sur les massacres de Kipupu, au Sud-Kivu.
Récemment, la SAWFB a reçu des informations et des menaces crédibles de plusieurs parties intéressées à faire taire le Dr Mukwege. Selon l’organisation, le prix Nobel de la paix a subi de graves attaques hostiles. C’est en particulier de la part des Rwandais, par le biais de son compte Twitter. Cette dernière campagne qualifiée d’haineuse comprend des menaces de mort par SMS ; messages vocaux et sur les médias sociaux.
De la sorte, l’organisation a adressé une lettre, vendredi 14 août 2020, à Cyrille Ramaphosa, Président l’UA.

D’où, il lui faut, ainsi qu’aux soldats de la paix des Nations Unies, de renforcer la protection personnelle du Dr. Mukwege. Aussi, faudra-t-il accroître la sécurité du personnel de l’hôpital Panzi de Bukavu dans la province du Sud-Kivu.

” Pas de Paix sans Justice “

SA Women Fight Back (SAWFB) déplore l’absence de justice et la violence sexuelle permanente contre les femmes de l’Est. Cependant, elle se dit solidaire de leur sort pour la justice, la paix et la restauration.
« Les femmes africaines ne seront pas réduites au silence. Avec nos partenaires nous continuerons notre lutte en solidarité contre la violence sexiste ; et les guerres menées sur le corps des femmes», rassure SAWFB.
Pour SAWFB, ces menaces ne doivent pas être prises à la légère. Ce, en raison du statut international du Dr Mukwege et de la gravité de la situation dans l’est du Congo. Si rien n’est fait, les scénarios les plus graves et les plus horribles sont probables.

Rapport Mapping 

Les insignes du Prix Nobel de la Paix
Les insignes du Prix Nobel de la Paix

SAWFB fait un constat malheureux sur l’animosité qui règne contre le prix Nobel de la paix congolais. C’est notamment parce qu’il demande l’exhumation du rapport Mapping du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Ledit rapport consiste à une compilation des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis entre 1993 et 2003.
L’organisation estime que ce rapport est d’une importance vitale pour rendre justice aux victimes de ces crimes ; pour lutter contre l’impunité ; pour la réconciliation et pour la réparation des victimes de violences sexuelles. Malheureusement, cet appel à l’action semble tomber dans l’oreille d’un sourd.

Attaque contre la liberté d’expression

A en croire SAWFB, ces dernières menaces ne se limitent pas à la personne du Dr. Mukwege. Elles constituent une attaque directe contre la liberté d’expression et la poursuite d’une Afrique juste et équitable. Il s’agit d’une tentative violente d’attaquer l’individu ; de l’éloigner par la force ; et d’infliger des dommages durables aux voix de ceux qui s’élèvent contre la violence fondée sur le sexe.
L’organisation estime que le combat du Dr. Denis Mukwege contre la violence sexuelle dérange toutes les parties qui se livrent actuellement à des tueries en toute impunité. Par exemple, le pillage des ressources naturelles de l’est de la RDC, comme à l’époque coloniale.

Pourquoi SAWFB soutient Dr. Mukwege ?

Dans sa lettre, SAWFB rappelle que Dr. Mukwege est lauréat du prix Nobel de 2018. Il est également militant des droits de l’homme de renommée internationale ; et un défenseur de la lutte contre la violence fondée sur le genre (VFG). En outre, il est ambassadeur de bonne volonté de SAWFB ; président de son partenaire Mukwege/Panzi-family organizations, à savoir la Panzi Foundation-Africa (au Cap, Afrique du Sud).

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =