RDC : Non au mini-sommet, Corneille Mulumba appelle à décréter l’Etat de siège dans tout le Grand-Nord

0
214
Corneille Mulumba, Président des pionniers de l’Union pour la Démocratie et le progrès social (UDPS)

Le Président des pionniers de l’Union pour la Démocratie et le progrès social (UDPS) cogite sur les massacres à perpétuité dans l’Est de la RDC. Corneille Mulumba dit non au mini-sommet qui se prépare. Il propose de décréter immédiatement l’Etat de siège dans tout le Grand Nord.    

Pour  Corneille Mulumba, ni la Monusco, ni la Banque Mondiale, ni un mini-sommet RDC-Rwanda-Burundi ne peuvent ramener la paix.  Car, le bon sens impose de prendre les quelques dispositions élémentaires s’il  faut stopper la machine infernale de guerre.

De ce fait, il recommande au Chef de l’Etat de décréter immédiatement l’Etat de siège dans tout le Grand Nord.

Ce qui implique notamment que les militaires remplacent tous les administratifs (gouverneurs, Administrateurs de territoire, chefs de localité). Il faudrait également stationner une dizaine de soldats congolais dans chaque village du Grand-Nord. Même s’il y avait 1.000 villages, cela ne totaliserait que 10.000 soldats sur un ensemble de plus de 150.000 ; Décréter le couvre-feu de stricte application entre 18h00 et 6h00 dans tout le Grand-Nord, et cela jusqu’à nouvel ordre ; exiger des chefs de village et des chefs de rue un rapport quotidien sur les déplacements des habitants : les arrivées, les départs, et les absences.

Corneille Mulumba:  Mobilisons la population

Corneille Mulumba estime qu’il y a nécessité de mobiliser la population de toutes les grandes villes du pays pour des marches et veillées. Objectif ? Crier la colère, témoigner la solidarité et l’empathie, de renforcer la cohésion nationale, et d’encourager nos compatriotes à tenir bon.

« Ressaisissons-nous. Nous sommes un et un seul peuple. Tout Congolais doit en être conscient. C’est ce qui fera toujours notre force. Il n’y a pas de miracles à attendre de la Monusco, de la Banque Mondiale, ou des mini-sommets ».

Selon lui, seule une action volontariste peut permettre d’épargner la vie des compatriotes et préserver l’intégrité du territoire national.

D’où, il faut déployer les FARDC sur toute la longueur de la frontière avec les pays voisins de l’Est. Il s’agit de couper les ennemis de leurs bases-arrières.

Aussi, faut-il, traduire devant la justice militaire pour haute trahison tous les acteurs politiques ; et tous les militaires convaincus de collaborations avec l’ennemi. En somme, leur infliger les châtiments les plus sévères.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 ⁄ 2 =