RDC : le procès en appel de Vital Kamerhe s’ouvre aujourd’hui

0
162
Marche à Bukavu

Le procès en appel de Vital Kamerhe s’ouvre aujourd’hui, vendredi 24 juillet 2020 à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe. Les militants de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) ont marché hier à Bukavu, au Sud-Kivu, exigeant notamment sa libération.

De fait, les militants et cadres de l’UNC était dans la rue pour une marche dite pièce contre pièce, jeudi 23 juillet 2020, à Bukavu. L’objectif était de réclamer la libération de Vital Kamerhe, détenu à la Prison Centrale de Makala à Kinshasa.

Me Papin Nzouluni, Porte-parole adjoint de l’UNC/Sud-Kivu l’a exprimé dans une déclaration lue à la place Mulamba, commune d’Ibanda. Pour lui, vital Kamerhe est victime d’un procès politique et non judiciaire. Il estime qu’aujourd’hui, l’opinion nationale et internationale a compris que vital Kamerhe est victime d’un don naturel. Il s’agit de son patriotisme, son intérêt pour le développement du pays. L’UNC est sereine:

« Nous voulons montrer encore une fois au monde que notre leader a une base. A cette phase où nous sommes, vous le savez comme nous, il n’y a jamais eu des preuves matérielles du détournement. Aujourd’hui en détention, la nation est en train de perdre un homme qui devrait contribuer à l’émergence du pays. La place de vital Kamerhe n’est pas à Makala mais plutôt dans la res-publica ».

Me Papin dit qu’il n y’a pas du juridique dans le procès de Vital Kamerhe mais plutôt de l’acharnement politique.

Appel

Condamnation de Vital Kamerhe
Condamnation de Vital Kamerhe

En effet, la marche est partie du siège de partie de la place Mulamba jusqu’à Nyamoma. Sur ce lieu, un mémo, adressé au Chef de l’Etat était remis à Théo Ngwabije, Gouverneur du Sud-Kivu.

Condamné à vingt ans de prison en première instance, le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat a allé en appel. A cet effet, il a renforcé sa défense en recourant aux services de deux avocats français. Selon certaines sources, ces derniers ne sauraient venir en RDC puisque n’ayant pas obtenu de visa.

En définitive, Vital Kamerhe était condamné à vingt ans des travaux forcés, le 20 juin 2020. Il est accusé de détournement et blanchiment de 50 millions Usd  d’argent public lié au programme des 100 jours du Chef de l’Etat.

Joseph Manegabe

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
3 × 26 =