RDC: le Président Tshisekedi nomme le Général Amisi accusé des violations des droits humains !

0
230
Général Gabriel Amisi, actuel inspecteur général des FARDC

L’une des ordonnances présidentielle du 17 juillet 2020, nomme le Général Amisi, inspecteur général des Forces armées de la RDC  (FARDC). Ce nouveau promu, est accusé d’implication dans les violations des droits humains depuis longtemps et de soutien aux groupes armés.
La chaine nationale congolaise a dévoilé une litanie d’ordonnances qu’a signées officiellement le Président Felix Tshisekedi.  Sur cette liste figure le Général Gabriel Amisi au titre d’inspecteur général des FARDC, en remplacement de John Numbi. Une promotion qui a tiqué plusieurs spectateur du fait de son passé on ne peut plus inquiétant. 

Tenez ! L’ONG Human Rights Watch (HRW) a documenté son implication dans des violations des droits humains depuis longtemps. Il est également cité pour le soutien aux groupes armés.

En 2019, l’organisation avait appelé à des poursuites contre le général Amisi. Pour HRW, il serait engagé dans innombrables atrocités à Kisangani, Chef-lieu de la province de la Tshopo. Ce, à l’époque où il était au Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD), un mouvement rebelle soutenu par le Rwanda.

Selon les recherches de cette ONG, les membres du haut commandement du RCD-Goma ont coordonné une violente campagne de répression. En conséquence, des civils étaient tués sans discernement. Aussi, étaient exécutés sommairement des combattants capturés et commis des nombreux viols ; des passages à tabac et pillages systématique.

Général Amisi et le Groupe d’experts de l’ONU

Le groupe d’experts de l’ONU sur le RDC a également rapporté que le Général Amisi serait impliqué dans le trafic de minerais ; y compris l’étain et l’or. Infraction intervenu alors qu’il était commandant des forces terrestres des FARDC. Ainsi, il était suspendu de ses fonctions en novembre 2012, suite aux accusations du groupe d’experts de l’ONU. En ce moment-là, il aurait supervisé un réseau distribuant des munitions aux braconniers et aux groupes armés.

Par ailleurs, le Général Amisi est sous sanction de l’Union Européenne (UE) et les Etats Unis. Une information qu’avait donnée Global Witness, à l’approche de l’élection présidentielle de l’année 2018.

En effet, sa famille aurait obtenu cinq concessions forestières en juin 2018. Ce qui constitue une violation du moratoire sur l’attribution de concession forestière industrielle depuis plusieurs années en RDC.

Amani

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =