RDC : le HCR dénombre près de 20.000 civils ayant fui le Nord-Kivu

0
28

Près de 20.000 civils ont fui leurs foyers dans le Nord-Kivu suite aux attaques qu’ont perpétré les groupes armés. C’est l’Agence des Nations unies pour les réfugié (HCR) qui l’a rapporté vendredi 16 juillet 2021.

 

Selon Babar Baloch, porte-parole du HCR à Genève, les groupes armés continuent de dévaster la vie des civils. Ce, malgré l’état d’urgence qu’a décrété le Président Felix Tshisekedi, le 6 mai dernier dans le  Nord-Kivu et l’Ituri. Dans cette déclaration, il visait à mettre fin aux violences que commettent les groupes armés ; et rétablir l’ordre public dans la région.

Depuis le 22 juin, dit-il, les Forces démocratiques alliées (ADF) auraient causé la mort brutale d’au moins 14 personnes ; et en auraient blessé de nombreuses autres dans la ville de Beni et ses environs.

Par conséquent, il y a eu pillage des habitations et d’autres incendiées. Pour le HCR, c’est la première attaque que les ADF ont commise depuis deux ans dans cette ville.  Une action dont la résurgence terrorise la vie des habitants.

Babar Baloch souligne qu’il y a un sentiment de panique et d’anxiété qui prévaut au sein de la communauté. À cela s’ajoute un manque de confiance envers les forces de sécurité ; étant donné les attentes élevées en matière d’amélioration des conditions de sécurité suite aux nouvelles mesures.

Ainsi ces récentes attaques ont forcé des milliers de personnes à fuir leurs foyers en quête de sécurité dans la partie orientale de Beni. Ce qui continuent à affaiblir et à perturber les activités sociales, économiques et éducatives.

Difficile réponse humanitaire pour le HCR

En effet, le HCR et ses partenaires aident les autorités locales à enregistrer les familles déplacées ; à évaluer leurs besoins et à y répondre. Malgré des conditions de vie difficiles, les déplacés retournent peu à peu dans leur quartier.

Malgré ces efforts, la réponse humanitaire dans cette partie de la RDC est de plus en plus mise à mal. Cela, à cause de l’impact cumulatif de multiples situations d’urgence ; y compris les conséquences de l’éruption volcanique du Nyiragongo à Goma. Donc, l’insécurité et la violence ont déraciné près de deux millions de personnes au Nord-Kivu pendant ces deux dernières années.

Judith Asina

 

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
8 + 30 =