RDC: La société civile alerte sur les conséquences des Projet Inga III et Transaqua3

0
498
Barrage d'Inga. Image/Tiers

Les Organisations de la Société Civile se préoccupent des menaces qui pèsent sur les cours d’eaux et le Fleuve Congo. Il s’agit des OSC œuvrant en République Démocratique du Congo pour « l’accès à l’énergie pour tous.

Dans un communiqué, elles appellent à la prise de conscience collective sur ces dangers. Ce, en vue de préserver la biodiversité, l’environnement, les forêts et les populations riveraines.

Fleuve Congo
Fleuve Congo

Elles ont identifié dans leur monitoring, plusieurs menaces sur la vie des eaux de rivières et du Fleuve Congo.  Des menaces qui proviennent principalement du comportement des citoyens, des activités des entreprises et autres exploitants. Il y a aussi de grands projets étatiques avec des conséquences désastreuses sur notamment les populations riveraines, les écosystèmes, l’environnement. Le cas de la rivière Katapula dans le Haut Katanga ainsi que Kalamu à Kinshasa et Boma.

Les populations riveraines des rivières, cours d’eaux ainsi que des centres urbains déversent journalièrement d’énormes immondices et autres déchets domestiques. Des déchets constitués en grande partie de plastiques. Ce qui réduit sensiblement leur lit et affecte la qualité d’eau, en provoquant des inondations et maladies hydriques.

Les OSC notent :

Le volume toujours croissant des ordures et plastiques dans ces rivières baissent de plus en plus le débit’’. Et, le risque de disparition de certaines d’entre elles s’accentue si rien n’est fait.

Les industries minières, chimiques…indexées

Elles accusent entre autres les industries minières, chimiques de rejeter impunément leurs déchets souvent toxiques dans les mêmes rivières. Ce qui détruit l’environnement, l’écosystème et la qualité de ces eaux avec les conséquences désastreuses sur les populations. A ces industriels s’ajoute l’exploitation artisanale intense des minerais dans les rivières et cours d’eau à travers la République. Avec les mêmes conséquences qui conduisent au sèchement de ces cours d’eaux.Pour ces OSC, le comportement des populations est consécutif à l’absence ou à l’insuffisance de l’éducation environnementale. Ce qui fait d’elles des agents de destruction des rivières. Celui des entreprises est lié à l’irresponsabilité des services étatiques en charge de la protection de l’environnement. Ces associations tancent :

Les entreprises, pèchent par la non-application des dispositions légales et règlementaires existantes aux actes destructifs de l’environnement par les industries’’.

Appel à la mobilisation générale

Ces OSC appelle à la mobilisation du public sur deux grands projets qui menacent l’avenir des eaux du Fleuve Congo. Cela, alors que le fleuve est très vital pour des millions des personnes qui en dépendent à savoir : le projet Inga III et Transaqua3.

Projet Inga III
Projet Inga III

Le premier initié par le Gouvernement que soutient BAD, vise à l’érection d’un méga complexe du barrage hydroélectrique. Le second est soutenu par certains Etats de la région d’Afrique. Il vise à détourner les eaux de la rivière Ubangi pour alimenter le Lac Tchad.

Deux projets porteurs des graves risques sur l’avenir du Fleuve. Car, il va perdre son débit, dégrader son écosystème et son environnement aquatique avec la disparition des espèces et inondations.

Non aux projet Transaqua3 et Inga III

Non au projet Transqua 3
Non au projet Transqua 3

Ces OSC recommandent au Gouvernement de renoncer au projet Inga III pour préserver le Fleuve Congo et l’environnement. La RDC devrait décourager toute tentative tendant à la réalisation du projet Transaqua pour préserver l’équilibre écologique du Bassin du Congo. Aussi, le pays doit-il, sensibiliser et éduquer les populations sur le respect de l’environnement.

L’Union Africaine, la CEAC et la BAD  sont invités à reconsidérer tout soutien aux projets Inga III et Transaqua. L’idée étant de à ne pas détériorer l’équilibre écologique du Bassin du Congo et garantir les droits des communautés riveraines. L’instance continentale devrait intervenir pour que les Etats de la région ne troublent pas l’équilibre environnemental dudit Bassin.

Aux populations Congolaises, les OSC demande de s’abstenir de tous comportements qui détériorent les rivières et autres cours d’eaux.

Les organisations signataires de ce document sont notamment IDEL, SOFLECO, CORAP et CODED.

Un communiqué signé à l’occasion la Journée Internationale d’actions pour les rivières  célébrée le 14 mars de chaque année. Objectif ? Les protéger contre les méfaits et conséquences de grands projets de Barrages dans le monde et, penser aux militants.

GK

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 × 7 =