RDC: « La multiplicité des incidents sécuritaires ciblant des acteurs humanitaires est très inquiétante »

0
210
Diego Zorrilla, coordonnateur humanitaire par interim en RDC. Image/Radio okapi

La multiplicité des incidents sécuritaires ciblant des acteurs humanitaires en République démocratique du Congo est très inquiétante. Il s’agit des propos de M. Diego Zorrilla, coordonnateur humanitaire par interim, à la suite d’attaques à répétition contre ces personnels.

Le 16 septembre 2020, Mathieu Musharhamina, 43 ans, travaillant pour l’ONG World Vision, a trouvé la mort à Lubero au Nord-Kivu. C’était au moment où des hommes armés non autrement identifiés ont attaqué le convoi humanitaire dans lequel il se trouvait.

Au nom de la communauté humanitaire en RDC, M. Zorrilla présente ses sincères condoléances à la famille de Mathieu ; à ses amis ; à son organisation et à tous ceux dont ce drame a touché.

En effet, les membres du convoi de l’ONG venaient de terminer une distribution de vivres pour 5.000 ménages déplacés à Lubero. De plus, un autre membre du personnel de World Vision s’est vu blessé par balle au cours de cette attaque. Il se trouve actuellement hospitalisé.

Il faut souligner que le pays reste confronté à une crise humanitaire très complexe. En 2020, la réponse humanitaire cible 9,2 millions de personnes. Pour M. Zorrilla, ces personnes ont le droit de recevoir de l’assistance. Mais, sans que la vie de celles et ceux qui les aident ne soit mise en péril.

Ainsi, il condamne fermement les attaques contre les travailleurs humanitaires ayant lieu à l’Est de la RDC.

Cas de kidnapping des acteurs

Le défit de terrain pour l'humanitaire en RDC
Le défit de terrain pour l’humanitaire en RDC

Le 18 septembre 2020, un kidnapping s’est opéré sur trois travailleurs humanitaires de l’organisation Caritas. C’était lorsqu’ils étaient en mission pour la réparation d’un ouvrage hydraulique à 16 kilomètres à Bunia, province de l’Ituri. En conséquence, ils sont actuellement portés disparus.

Des actes de violence contre le personnel humanitaires qui inquiètent M. Zorrila. Cependant, il espère  vivement retrouver ses collègues de Caritas sains et saufs.

Selon lui, ces incidents graves mettent une nouvelle fois en exergue les risques qu’encourt le personnel humanitaire. De plus, il relève les contraintes d’accès liées au caractère volatile de la situation sécuritaire.

« Je demande un accès rapide et sans entrave aux populations affectées par les situations de conflits à l’est du pays ; et demande que des investigations de ces incidents soient menées et les coupables appréhendés et jugés ».

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =