RDC : Des éléments de la Monusco déployés à la sécurité de l’hôpital de Panzi

0
54
Le Dr Mukwege, Prix Nobel de la Paix lors d'une conférence de presse

Depuis le matin du mercredi 9 septembre 2020, les éléments de la Monusco sont déployés à l’hôpital de Panzi, à Bukavu, dans le Sud-Kivu. Une action que salue Dr Denis Mukwege, prix Nobel de la paix, souvent menacé suite à ses prises de position sur les crimes commis en RDC.

Le prix Nobel de la paix congolais l’a fait savoir dans son tweet du mercredi 9 septembre 2020.

« Nous saluons le déploiement des éléments de la Monusco à Panzi depuis ce matin pour assurer la sécurité des malades ; ainsi que de notre personnel. Merci aux Nations unies d’assurer notre protection ».

Il faut souligner que la veuille de ce déploiement, l’Onu s’est déterminée à assurer la sécurité du Dr Denis Mukwege.

 

La Monusco appuie

Déploiement de la Monusco
Déploiement de la Monusco

A cet effet, Stéphane Dujarric, porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies a donné certaines précisions. Pour lui, l’ONU a continué à travailler en étroite collaboration avec le Dr Mukwege ; les autorités congolaises ; et les partenaires internationaux. Objectif ? Veiller à ce que ses besoins en matière de sécurité et ceux de la clinique soient pris en compte de manière efficace et durable. Ce, bien qu’un certain nombre de cas de Covid-19 parmi les soldats de la paix aient eu un impact opérationnel.

Veiller aux besoins sécuritaires du Prix Nobel de la paix  dans les conditions actuelles, dit-il, exige : «  de continuer à développer une plus grande capacité locale au sein de la police nationale ; avec le soutien de la Mission et d’autres acteurs internationaux.

Par ailleurs M. Dujarric a signalé que la sécurité personnelle des personnalités congolaises est une responsabilité des autorités. Cependant, la Monusco apporte tout le soutien possible dans la limite de ses moyens.  

Il sied de rappeler que ce déploiement intervient après une marche pacifique organisée à Bukavu en vue de soutenir Dr Mukwege. Le prix Nobel de la paix et son entourage sont victimes de menaces de mort. Cela, à sa dénonciation des massacres commis à Kipupu dans le Sud-Kivu. Pour ce faire, il exigeait l’exhumation des recommandations du rapport Mapping jamais appliqué depuis dix ans.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =