RDC : Ce que les congolais attendent du discours de Felix Tshisekedi

0
692

Le président Félix Antoine Tshisekedi va s’adresser à la nation dans un discours, vendredi 23 octobre 2020. C’est ce qu’a annoncé un communiqué signé Eberande Kalongele, son directeur de cabinet ai.

En lieu et place du traditionnel conseil des ministres, le Chef de l’Etat a prévu de s’adresser à la population.

En effet, c’est tout le Congo qui attend de pied ferme le discours de Félix Tshisekedi Fils du sphinx de Limete. Pratiquement toutes les bouches attendent qu’il parle des vraisproblèmes du Congo. Il est question entre autres de la gratuité de l’enseignement ; et les stratégies prises pour sauver l’éducation des enfants congolais qui n’étudient depuis la rentrée scolaire 2020-2021. Ce, parce que les enseignants sont mécontents du traitement que leur réserve la République.

Aussi, la question du taux de la devise par  rapport aux francs congolais préoccupe les citoyens.

Pour certains habitants de Bukavu, le taux aujourd’hui est à 2.200fc. Cela, contrairement à l’époque de Kabila où le Dollars ne dépassait pas 920fc avec Matata. Ainsi, Coronavirus ne doit pas être le motif de l’échec du régime en place.

Certains veulent que Felix Tshisekedi explique pourquoi l’échec du programme qu’a longtemps vanté l’UDPS lorsqu’elle était encore à l’opposition. Programme pas jusque-là réalisé malgré la prise du pouvoir par le fils du Sphinx de Limeté.

Cap sur le discours-programme

Dans son discours d’aujourd’hui, lesCongolais veulent que le président revienne sur son discours programme de campagne ;qu’il parle de son bilan en toute vérité.

Le FCC  constitue-t-il un blocage pour la réalisation de son programme ? Felix Tshisekedi le dira aux Congolais. D’aucun refuse un discours plagia de celui d’Emanuel Macron ou de Donald Trump, « les congolais veulent un discours purement congolais ; qui s’adaptent à la réalité congolaise et pas une réalité britannique au Congo », commentent certains habitants croisé à Nyawera à la place des chômeurs.  

Par ailleurs, les habitants du NordKivu veulent que le président affirme sa venue à Goma. Cela, conformément à sa promesse, en vue de stopper l’insécurité qui a embrasé Béni et Butembo depuis l’ère Kabila.

Selon des internautes,

‘’Félix Tshisekedi ne manquera pas de parler de ce qu’a gagné le Congo dans les voyages qu’il a effectué aux pays développés du Monde (France, Etats unis, Russie…). Sachant que ces voyages ont couté au trésor public près de 100 million de dollars américains (équivalent à 100km de route construite aux standards internationaux). On espère bien que le Chef de l’Etat reviendra sur le programme des 100 jours, les congolais n’y voient plus clair’’.

Aspect politique

Les initiés attendent que le fils du sphinx de Limete parle de la santé de la coalition FCC-CACH qui semble avoir un malaise. Si tel est le cas, « que Félix déclare officiellement qu’il ne parvient pas à concrétiser le programme UDPS parce Que le FCC constitue un blocage.Si cette hypothèse s’avère vraie, qu’il déclare officiellement la cohabitation en lieu et place de la coalition », estiment certains combattants croisé à la fédération de l’UDPS Bukavu.

Pour les combattants de l’UDPS, le Président devrait destituer le parlement conformément aux prescrits de l’article 148, qui stipule : « en cas de crise persistante, entre le gouvernement et l’assemblée nationale, le président de la république peut après ; consultation du premier ministre et les présidents de deux chambres, prononcer la dissolution de l’assemblée nationale ».

Maintenant que le Premier Ministre n’a pas répondu à la prestation de serment des juges ;et les deux président du Parlement, aura-t-il le courage de dissoudre le parlement que contrôle le FCC ?

Une équation qui semble être compliquée à cet instant. Surtout qu’il n’appartient pas au citoyen de conclure qu’il y a effectivement crise institutionnelle.

C’est le suspens qui règne en ce moment pour savoir et comprendre la direction que prend le pays de Lumumba.

L’histoire se répète

Le professeur Arnold Nyaluma s’est exprimé dans un entretien, mercredi 21 octobre 2020. En somme, il déclarait que le Congo va tout droit vers la réalité de 1991 après la conférence nationale souveraine.

Ce constitutionnaliste renseigne que pendant ces trois ans restant du mandat de Félix Tshisekedi,

« Les congolais n’y gagneront plus rien. Il sera question de trois années de piège entre acteur aux pouvoirs. Alors, chacun mettra des peaux de banane sur le chemin de l’autre aux détriments du congolais. Un peuple qui espérait rattraper le retard accusé après les 18 ans de pouvoir de Kabila ».

Pascal Kamanzi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 + 20 =