RDC : APNAC révèle près de 8 milliards USD perdus en 2020 suite à la corruption

0
190
Pasi Zapamba, le Président du Réseau des parlementaires contre la corruption (APNAC/RDC)

7.979.152.682,57 USD perdus ainsi que 150 terrains de l’État spoliés et autres du 24 janvier au 31 décembre 2020 suite à la corruption. C’est ce que dénonce le Réseaux des parlementaires africains contre la corruption de la RDC (APNAC-RDC).

 

APNAC-RDC a publié un rapport d’alerte de corruption reçu entre le 24 janvier et 31 décembre 2020.

Un document qui relève plus de 170 dénonciation de ses différentes sources.  De celles-ci, seuls 148 cas font l’objet du présent rapport. Parce que certains ont déjà̀ fait l’objet de plusieurs dénonciations. D’autres par contre,  n’ont pas encore subi d’ouverture de dossier à l’APNAC-RDC.

Selon cette organisation, les résultats de ces dénonciations sont déposées telles que reçues. L’étape suivante sera celle d’analyser minutieusement chacun de ces dossiers. Il sera question d’examiner la possibilité́ de transformer ceux qui seront pertinents en contrôle parlementaire. Car le rôle primordial de l’APNAC est de renforcer le contrôle ; en rendant les gestionnaires du pays plus responsables et redevables de leur gestion envers le peuple.

Il faut souligner que ces dénonciations révèlent  un manque à gagner à hauteur de plus de 7.979.152.682,57 Dollars américains. Aussi, APNAC note 150 terrains de l’État spoliés et autres. Ce montant pourra être réévalué́ après étude minutieuse des dossiers reçus.

APNAC compte aider l’amélioration de la gouvernance

L’APNAC-RDC indique qu’il ne néglige pas les cas dénoncés en cette période mais dont les faits étaient commis avant janvier. En revanche, il avait lancé́ en avril 2019, des alertes sur certains projets phares. Ce qui avaient attiré́ l’attention de l’opinion publique concernant ce cas et d’autres encore.

Par ailleurs, ce rapport est publié́ dans le but d’aider les différents services à améliorer leur gouvernance : à l’avantage du peuple congolais, qui continue à croupir dans la misère.

Il faut noter que ce rapport concerne 13 provinces a savoir : Kinshasa, Nord-Kivu, Ituri, Haut-Katanga, Kwilu, Lualaba, Mongala, Maniema, Sud-Kivu, Kwango, Equateur, Lomami, Haut-Uele, Sankuru, Tshopo, Kasaï Central, Kasaï, Maï Ndombe.

APNAC fait des recommandations

Pour en découdre, APNAC recommande notamment au Président de la République, de renforcer la gouvernance des institutions. Il s’agit de les mettre à leur disposition des moyens humains, matériels et financiers ; booster le contrôle à tous les niveaux ; mettre fin à l’impunité́ en sanctionnant d’abord politiquement les corrupteurs et corrompus avant les sanctions judiciaires ; fiabiliser et réorganiser l’Agence de Prévention et de Lutte contre la corruption de son cabinet.

De plus, le peuple congolais devrait s’approprier la lutte contre la corruption ; rester vigilante et regardante ; dénoncer les cas de corruption.

Zoom sur APNAC-RDC

APNAC-RDC est un chapitre du Réseau des Parlementaires Africains Contre la Corruption. Il était  créé à Kampala en 1999. Alors que son siège se situe à ACCRA au GHANA.

En somme ce réseau milite pour un continent africain engagé plus que jamais dans la lutte contre la corruption. Ce dernier étant considéré comme un phénomène dévastateur dont les conséquences sont néfastes.

La section APNAC-RDC était créée le 09 décembre 2013. Cependant, les Présidents des deux chambres du Parlement l’ont lancé officiellement le 10 janvier 2015.

Judith Asina

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 − 1 =