RDC 40 psychologues et 41 travailleurs sociaux formés pour atténuer l’impact du Covid-19

0
508

Dans le but d’atténuer l’impact social et psychologique du Covid-19 sur les enfants et leurs familles; 40 psychologues et 41 travailleurs sociaux sont formés. C’est l’Unicef en partenariat avec la Commission Psychosociale qui a accordé cette formation en RDC.

L’Unicef note que les enfants sont les victimes cachées du Covid-19. Ce, bien que la majorité des infections ait été enregistrées chez les adultes. L’agence onusienne signale que plus de 18 millions d’élèves de 3 à 17 ans ont interrompu l’apprentissage. Pour cause ? La fermeture des écoles.

Les enfants courent  un risque accru d’exploitation, de violence et d’abus. Confrontés à un avenir incertain, ils peuvent éprouver des sentiments d’anxiété, de stress et d’isolement. Car ils manquent de soutien de la part de leurs pairs et de leurs parents. Edouard Beigbeder, Représentant de l’Unicef en RDC a déclaré :

“Le Gouvernement a mis en place des mesures de santé publique essentielles pour ralentir la propagation du virus. Il est primordial qu’au-delà de l’aspect médical, nous renforcions les capacités des travailleurs sociaux et des psychologues. Question d’aider surtout enfants et familles à faire face aux conséquences à court et long terme de la maladie”.

40 psychologues formés

Le soutien de l’Unicef à la commission psychosociale de la RDC a d’importantes visions. Il s’agit d’accroître la capacité des psychologues à contribuer à l’amélioration du bien-être mental et social des malades du Covid-19. Ce, en apportant une attention particulière aux couches les plus vulnérables de la population.

En collaboration avec l’Unicef, cette commission a formé 40 psychologues. Depuis le début du mois d’avril, ces derniers ont apporté un soutien émotionnel et psychologique à 45 personnes en quarantaine ;31 personnes confirmées infectées ; deux familles dont les membres sont morts du COVID-19.

Les psychologues sont également formés pour soutenir le personnel médical de première ligne. Ceux qui sont directement impliqué dans le diagnostic, le traitement et les soins des patients atteints du Covid-19. Jean Claude Mukanzo, président de la Commission Psychosociale a signalé :

Nous ne devons pas oublier que les travailleurs de la santé en première ligne de cette pandémie s’exposent à de grands risques personnels pour assurer la sécurité des autres. Ils sont surchargés de travail, anxieux et effrayés. Mais ils doivent tout cacher derrière une surface calme. C’est pourquoi il est important de protéger leur santé mentale. L’idée est qu’ils puissent continuer à fournir les soins et le soutien dont leurs patients ont besoin”.

Formation de 41 travailleurs sociaux

L’Unicef a également formé 41 travailleurs sociaux affiliés à la Division Urbaine des Affaires Sociales de Kinshasa (DUAS). Objectif ? Accompagner et soutenir les enfants et les familles vulnérabilisés par l’épidémie Covid-19. Six travailleurs sociaux ont été détachés auprès de la Commission Psychosociale. Cela, afin de soutenir les personnes les plus vulnérables directement affectées par l’épidémie. Tandis que les 35 autres ont été déployés dans les 35 zones de santé de la ville de Kinshasa. Ils doivent identifier, accompagner et référer les cas de protection tels que la violence, les enfants séparés ou non accompagnés.

Besoin de 58 millions de dollars US

L’Unicef
estime que 58 millions de dollars US sont nécessaires pour une réponse immédiate dans ses domaines de responsabilité. Cela concerne l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la prévention et le contrôle des infections, la communication des risques et l’engagement communautaire. L’organisation a alloué 5 millions Us de ses propres ressources pour répondre aux besoins critiques en attendant des fonds supplémentaires.

GK

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 × 20 =