Prof. Maindo sur les 60 ans d’indépendance: « la RDC a raté le travail d’éducation civique et citoyenne »

0
513
Prof Alphonse Maindo Monga Ngonga, chercheur et politologue

Professeur à l’Université de Kisangani (Unikis), Alphonse Maindo analyse la situation de la RDC, 60 ans après son indépendance. Il estime que les congolais ont raté le travail d’éducation citoyenne.

Ce professeur dit que c’est une responsabilité collective en la matière. Etant donné que le congolais a développé le culte de personnalité plutôt que d’avoir un véritable mystique de la nation. Il regrette :

« Au lieu de développer l’amour des autres, nous avons développé l’égoïsme, l’avidité, l’amour de soi. C’est ce que nous avons semé et nous le récoltons ».

Pour lui, le peuple n’a pas intériorisé le discours de Patrice Emery Lumumba, premier Chef du Gouvernement en RDC. Ce dernier a invité les hommes, femmes et jeunes à se mettre au travail pour créer une économie prospère stable. Résultat ? La RDC est devenue aujourd’hui un pays très dépendant de tout. Prof. Maindo déplore :

« Nous ne sommes qu’exportateurs de matière première. Même les produits dont nous étions les premiers exportateurs sont en baisse. Nous avons des réserves des minerais, mais nous ne produisons plus assez de minerais. Étions parmi les premiers producteurs d’huile de palme, de cacao, des produits agricoles comme le coton et tant d’autres. Nous avons perdu notre place. Nous importons carrément ces biens-là. L’arachide et tous les autres ».

Selon le Prof. Maindo dans son analyse, il faut retrouver le travail manuel. Il s’agit du travail de la terre qui nourrit l’homme. Il dénonce que tout le monde veut être bureaucrates et politiciens, parce qu’en politique il y a  l’argent facile. Au point d’oublier que l’argent doit se gagner par un dur labeur.

Vivement la réforme de l’Etat pour les congolais

Séance de plaidoyer pour les congolais à Bruxelles
Séance de plaidoyer pour les congolais à Bruxelles

La première priorité, dit ce prof, c’est la réforme de l’Etat. Car, avant toute chose, il faut d’abord créer un État. Il déclare :

« Il faut construire un Etat qui fonctionne, avec une administration, une justice ; une armée fonctionnelle, une police citoyenne, les services d’intelligence qui vont anticiper et contrer les menaces ».

Aussi, la justice est un facteur important. L’idée est que les gens se mettent au travail et qu’il n’y ait pas trop de criminalité. Mais, il faut sanctionner quand ils commettent des infractions.

La deuxième priorité c’est l’agriculture de part cette analyse. Prof. Alphonse Maindo propose de mettre les gens au travail pour produire ce qu’ils vont manger. Conséquence, développer l’industrie pour obtenir tout ce qui s’en suit.

Pour faire fonctionner l’industrie et écrouler les produits agricoles, il faut avoir de l’énergie. A cet effet, la capacité du pays en termes d’indépendance énergétique devra être augmentée. Ce qui est un facteur clé de tout développement et c’est fondamental.

Développer les infrastructures de la RDC

Ensuite, le Prof. Maindo propose de développer les infrastructures nécessaires. Ce, pour avoir notamment les aéroports, les routes et chemins de fer. A cet effet, il faut une main-d’œuvre qualifiée. D’où un besoin pressant de l’éducation.

« Un autre chantier important c’est donc l’éducation, où il faudra former des techniciens. Les types de personnes dont on a besoin pour développer pays. On doit donc faire des formations techniques pour répondre à ce besoin-là plutôt que celles qu’on a aujourd’hui ».

L’autre urgence dont il parle c’est l’identification nationale. C’est quand même dommage de se retrouver aujourd’hui dans une situation où personne ne sait qui est Citoyen et qui ne l’est pas.

Ainsi, il faut un recensement général pour mettre en œuvre une pièce d’identité. Si et seulement si le pays met en place ces infrastructures, il pourra avancer.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 × 22 =