Prof Florimond Muteba sur les finances : « Je suis étonné qu’on nous dise que 445 millions c’est exceptionnel »

0
200
Prof. Florimond Muteba, PCA de l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP)

Le Ministre des finances de la RDC a annoncé les performances des recettes à raison de 445 millions USD en août 2021. En réaction, prof Florimond Muteba s’étonne qu’on parle d’exception ; puisqu’à ce rythme il sera difficile d’atteindre les prévisions du budget 2021.

 

Le PCA de l’Observatoire de la Dépense publique (ODEP) rappelle que le montant du budget global 2021 était d’environs 6milliards.

Cependant, les prévisions mensuelles étaient à peu près de 580 millions Usd.

’Je suis étonné de constater qu’on nous dise que 445 millions c’est une performance. Il faudra se demander, c’est par rapport à quoi ?’’

Pour lui, il y a toujours un plan de trésorerie trimestriel ou semestriel comme référence des prévisions linéaires.

En conséquence il faut éviter la confusion. Si les réalisations se poursuivent comme telles, il sera difficile d’atteindre les 6 milliards prévus pour le budget 2021.

Privilégier les investissements

Selon le prof Muteba, le panier de la ménagère suppose que les gens soient bien payés, aient de l’emploi etc.

Même quand il y a des performances, l’argent va essentiellement aux salaires et frais de fonctionnement des institutions. Très peu de fonds sert à l’investissement, alors que c’est cela qui crée notamment l’emploie.

‘’C’est lorsque les gens ont de l’emploi et des salaires décents que le panier de la ménagère va changer. C’est quand on aura investi dans l’agriculture par exemple et que cela va créer des richesses ; il y aura développement rural’’.

Ainsi, la question du panier de la ménagère n’est-elle pas encore réglée.

Il propose privilégier des investissements, mais pas du genre Bukangalonzo où 100 mille hectares sont donnés à des individus. Donc, il faut privilégier le développement de la paysannerie. Ce, en leur donnant les moyens de cultiver davantage ; des espaces plus importants, avec un accompagnement ; et la possibilité de stocker pour après transporter sur le marché.

Lutter contre la corruption et coulage des recettes

En vue d’atteindre la performance, il faut continuer à faire des pressions sur les régies financières.

A en croire le prof Muteba, les régies financières sont championnes dans la falsification des assignations.

Par exemple, ils peuvent dire qu’ils sont capables de faire deux milliards par an alors peuvent en faire quatre.

’Dans les conférences budgétaires entre autres, vous vous rendez compte qu’ils ne disent pas la vérité. Il y a à boire et à manger dans cette affaire’’.

La plupart de mesures à préconiser consistent à lutter contre la corruption, le coulage des recettes etc. il s’agit de mesures à appliquer. Aussi, toujours est-il que le contrôle doit continuer comme il se fait avec l’IGF.  Ce qui doit se faire également avec la Cour des comptes et autres institutions, y compris le contrôle administratif interne.

Judith Asina  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
9 + 15 =