Noël Tshiani: 60 ans après l’indépendance de la RDC, la situation économique est catastrophique.

0
205
Dr. Noël Tshiani, candidat à l’élection présidentielle 2018

Dr. Noël Tshiani, candidat à l’élection présidentielle 2018 a scruté au scalpel l’économie de la RDC, 60 ans après l’indépendance. Une situation jugée de catastrophique puisqu’il n’y a pas d’infrastructures de base pour faire face aux défis de la population. 

Noel Tshiani regrette que  les congolais, manipulés parfois par les puissances extérieures, aient mal géré le pays. Cela, sur le plan économique, social, politique. Il dit :

« Si bien que la situation aujourd’hui, 60 ans plus tard est catastrophique. Dans la mesure où, nous n’avons pas d’infrastructures de base pour faire face aux défis de la population ».

En effet, moins de 10 % de la population ont l’accès à l’eau, à l’électricité et aux services de télécommunication. 85 % de la population active au chômage. L’économie se trouve désarticulée et essentiellement centrée sur quelques matières premières exploitées en état brut.

Mauvaise gouvernance

Gouvernement de transition 1+4
Gouvernement de transition 1+4

La résultante de cette économie est due à la corruption généralisée ; le détournement des fonds publics ; la prédation des ressources naturelles. En conséquence, la monnaie nationale qui célèbre ses 22 ans depuis son lancement ne vaut rien. Il Noël Tshiani la qualifie de « monnaie de singe ». Car, en 1998, 1 dollars valait 1,3 FC.  Aujourd’hui le dollar s’échange à 1.950 FC. Ce qui correspond à une dépréciation de 150 mille %.

« Le pouvoir d’achat de la population est décimé, paupérisé suite à la mauvaise gestion de la monnaie et de l’économie. Au point où, le Congo est placé 224ème sur 226 pays avec un PIB par habitant de 458 dollars. Le premier pays a un PIB/habitant de 140 mille dollars par an. Nous sommes des damés de la terre. Le dernier dans le classement ».

Prioriser la sécurité selon Noël Tshiani

Le point de départ, selon Noël Tshiani, c’est la prise de conscience de cette expérience catastrophique. Il dénonce que les congolais se soient lancés à des guerres fratricides qui ont fait fuir les investisseurs. A l’intérieur du Congo, la gouvernance était si mauvaise que tout le monde était pressé pour s’enrichir. L’absence de ce qu’il appelle « Etat des droits » ; de définir des règles claires pour gérer les biens du pays et les exploiter au profit de tous.

Maintenant, il faudra changer tout ça. Inverser la tendance. Et, doter d’abord le Congo de  la paix et la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Il déclare :

« Utiliser tous les moyens pour que nos forces armées  soient dotés en munition pour rétablir la paix et la sécurité ».

Ensuite, situer le développement du pays dans le contexte d’une vision globale de développement à court, moyen et long terme. Objectifs ? Sortir la RDC du sous-développement pour en faire un pays émergent en l’espace de 15 ans.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =