Me JC Katende : « la côte de popularité de Felix Tshisekedi devrait baisser s’il engage des vraies réformes structurelles » 

0
76
Me Jean-Claude Katende

Dans une page d’opinion libre, Me Jean-Claude Katende, Président de l’Association africaine des Droits de l’Hommes (Asadho) cogite en ces termes : ‘’ la cote de populaire devrait baisser en 2020 si le Président Félix Tshisekedi et son gouvernement engagent de vraies réformes structurelles et institutionnelles’’. Si 2020, décrétée comme année de l’action, le Président de la République ne devient pas impopulaire, ce que le vrai travail de changement, de transformation du Congo en un pays normal, n’aura pas encore commencé. 

Il donne l’exemple de la corruption qui est déjà devenue quelque chose de normal. Les corrupteurs et les corrompus ne se cachent plus. Tout se fait à ciel ouvert. Tout le monde( les pasteurs, avocats, magistrats, prêtres, enseignants, acteurs de la société civile, professeurs, fonctionnaires, ministres, militaires, policiers, étudiants, élèves…) est dedans. Les gens tirent des avantages financiers, politiques, matériels et sociaux énormes de la corruption. Mettre fin à ces avantages créera des mécontents, mais le pays en tirera des grands profits pour le bien de la majorité de congolais. 

 Pages d’opinions libres de Me Jean Claude Katende

« Quand le Président Félix deviendra impopulaire… »

Depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2019,  le Président Félix Tshisekedi pourrait avoir une cote de popularité supérieure à 60% auprès des congolais.  Les institutions congolaises de sondage qui pouvaient nous aider dans ce domaine donnent souvent des résultats orientés. Nous savons tous ce qui s’était passé lors des élections  de décembre 2018.

Mais cette cote de populaire devrait baisser en 2020 si le Président Félix Tshisekedi et son gouvernement engagent de vraies réformes structurelles et institutionnelles de nature à remettre le pays sur les rails. Remettre le pays sur les rails impose des changements qui ne plairont pas à tous. Surtout pas à toutes ces personnes qui sont déjà habituées aux mauvaises pratiques, à la corruption, à s’enrichir sans cause, à violer la loi impunément, à avoir des postes sans expérience ni titre académique appropriés…  Remettre le pays sur les rails voudrait dire aussi remettre de l’ordre. 

Si en cette année 2020, décrétée par le Président de la République comme année de l’action, le Président de la République ne devient pas impopulaire, ce que le vrai travail de changement, de transformation du Congo en un pays normal, n’aura pas encore commencé.  Je préfère un Président impopulaire qui engage le pays sur le vrai changement qu’un Président populaire qui ne prend pas de risque pour réformer le pays. 

L’ancien Président Joseph Kabila a légué au Président Félix Tshisekedi un pays totalement divisé, corrompu, gangrené par les mauvaises pratiques et le non-respect des lois dans tous les domaines de la vie nationale. Il lui a légué un pays non rassurant dans tous les domaines. 

Il suffit de conduire sur les routes de la République Démocratique du Congo pour vous rendre compte qu’il n’y a personne qui respecte le code de la route. Chacun roule comme il veut ou comme il peut.  Rouler sur le bas-côté d’une route (avenue) est quelque chose de normal. Rouler dans le sens inverse, c’est aussi normal. Un pays ne peut pas fonctionner de cette façon. Il faut arrêter cette situation.  Sur nos routes, l’autorité de l’Etat est absente. Il faut la remettre en prenant des mesures qui pourraient déplaire à beaucoup de congolais, mais nécessaires au maintien de l’ordre. 

La corruption est déjà devenue quelque chose de normal. Les corrupteurs et les corrompus ne se cachent plus. Tout se fait à ciel ouvert. Tout le monde( les pasteurs, avocats, magistrats, prêtres, enseignants, acteurs de la société civile, professeurs, fonctionnaires, ministres, militaires, policiers, étudiants, élèves…) est dedans.

Les gens tirent des avantages financiers, politiques, matériels et sociaux énormes de la corruption. Mettre fin à ces avantages créera des mécontents, mais le pays en tirera des grands profits pour le bien de la majorité de congolais. 

C’est ce travail de briser cette situation  infernale qui hypothèque l’avenir du pays que le Président de la République est appelé à booster. 

Ce travail le  rendra impopulaire, mais c’est un travail utile pour la renaissance de notre pays.  

Si le Président de la République ne devient pas impopulaire, ce que le travail de fond n’a pas encore commencé. C’est ce travail de fond que nous attendons en 2020.

Quand le Président de la République deviendra impopulaire, alors, nous allons dire que le Congo vient de prendre la bonne direction. 

Kinshasa, le 28 janvier 2020

Me Jean Claude Katende

Le gardien du Temple

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 × 1 =