Lutte contre le Covid-19: Le comité de Riposte appelé à une gestion transparente et non politicienne

0
250

C’est la recommandation des organisations, Réseaux  et  plates-formes  diverses de  la  Société  Civile, réunies dans la Dynamique Citoyenne Covid-19. Elle l’a dit, après analyse de l’évolution de la pandémie Covid-19 en République démocratique du Congo.

Ces organisations demandent au comité de riposte la  transparence  et  la  gestion  non  politicienne  des  statistiques. Ce,  en  évitant l’embellissement et la manipulation à la hausse ou à la baisse des cas recensés, de nombre de décès ou des guéris.  

La dynamique exige également que les détails des bulletins sanitaires journaliers précisent la zone de santé d’origine. Cela, pour chaque nouveau cas positif enregistré, de chaque décès et guéri.

Il faudra aussi diffuser, dans les détails, la stratégie de riposte et la facilitation d’accès à ses rapports.  

Cependant, une attention particulière devrait être accordée aux femmes œuvrant dans le secteur informel. Question de leur offrirgratuitement des dispositifs de protection notamment.

La dynamique a appris la  découverte  d’un  produit  préventif  et  curatif  du  Covid-19  au Madagascar, à base de l’Artemisia. Ce qui fait ressurgir la question de la gestion et de la protection des scientifiques congolais. Allusion faite notamment au chercheur Jérôme Munyangi qui serait associé à ce produit malgache. Chose qui arrive après qu’il ait été victime des atteintes à sa vie en RDC et qu’il se soit exilé en France.

Des défis

La dynamique constate que la RDC, ne dispose que d’un seul laboratoire pour les tests de dépistage du Covid-19. Il s’agit de celui de l’Institut National des Recherches Biomédicales (INRB), à Kinshasa, pour l’ensemble du pays.  

A ce jour, une seule commune sur l’ensemble du pays, celle de la Gombe à Kinshasa, a été confinée.

La RDC tarde à rendre public le protocole retenu officiellement pour le traitement du Covid-19.  

Par ailleurs, la découverte s’inquiète de presqu’une centaine de cas positifs à la prison militaire de Ndolo, à Kinshasa. Ce qui relance le débat sur la sécurité sanitaire des prisonniers sur toute l’étendue du territoire national.  

Aussi, des citoyennes et citoyens congolais bloqués à l’extérieur du pays commencent-t-ilsà retourner progressivement au pays. Cela,grâce aux efforts du Gouvernement congolais. La dynamique déplore les conditions déplaisantes dans lesquels ils sont placés enquarantaine. Certains ont été séquestrés dans les hôtels, faute de payement, à temps, des factures par le Gouvernement.

Quelques implications

L’UNICEF, en partenariat avec la Commission psychosociale du Comité de la Riposte, a organisé une formation à Kinshasa. C’était en faveur de 40 psychologues et 41 travailleurs sociaux pour atténuer l’impact social et psychologique de la pandémie sur les enfants et leurs familles.

Selon la dynamique, certains partis politiques distribuent, à coup de propagande, des vivres à leurs partisans. L’idée est de leur permettre de survivre pendant la crise du Covid-19. Car, il n’y a pas de mécanisme officiel de prise en charge des nécessiteux.

Samedi 25 avril 2020, l’opinion a appris des sources de la Clinique Ngaliema la contamination de 15 professionnels de santé.Parmi ces cas, 12 sont des femmes.

Judith Asina

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 + 6 =