La RDC parmi les 20 pays les plus corrompus au monde en 2021 (rapport IPC)

0
435
Lutte contre la corruption

L’Indice de perception de la corruption (IPC) classe la RDC parmi les 20 pays les plus corrompus au monde en 2021. C’est un rapport que publie l’organisation Transparency International chaque année.

 

La Ligue congolaise de lutte contre la corruption (LICOCO) a publié l’Indice de perception de corruption (IPC) publié mardi 25 janvier 2022. Selon ce rapport, il existe un lien entre la Corruption et la promotion des droits humains ; et la promotion de la démocratie partout au monde.

Le cas de la RDC qui atteint 19% et se trouve parmi les 20 pays les plus corrompus au monde.

Depuis l’arrivée du Président Félix Tshisekedi, il a pris l’engagement de lutter contre la corruption sous toute ses formes. Pour Licoco, cet engagement s’est réalisé en créant l’Agence de Prévention et de lutte contre la Corruption (APLC) en 2020 ; et la nomination de ses animateurs.

Cependant, la majorité de congolais estime que la corruption a augmentée. D’où, les efforts du Président de la République restent mitigés. Pour cause ? Ceux qui devraient l’aider à lutter contre ce fléau sont non seulement inactif mais plongés eux-mêmes dans la corruption.

A en croire Licoco, l’IPC 2021 doit interpeller toute la classe politique pour qu’elle agisse ; et accompagne le Président de la République dans ses efforts. Parce que le pays ne peut jamais se développer si les hommes politiques ne luttent pas efficacement contre ce fléau.

Que faire pour lutter contre la corruption ?

En somme, LICOCO interpelle spécialement au Chef de l’Etat ; au pouvoir judiciaire ; au Premier Ministre ; et au Parlement.

Par exemple, le Président Tshisekedi devrait renforcer l’APLC en nommant des personnes ayant l’expérience. Aussi, il y a-t-il nécessité de demander à chaque ministère : « d’adopter un plan stratégique de lutte contre la corruption et ses mesures d’application ».

Au Parlement, Licoco demande de voter en urgence les propositions des lois qui sont en souffrance. Il s’agit notamment la proposition portant réforme du code pénal ; celle liée au blanchiment des capitaux et financement de terrorisme ; Celle portant sur l’Accès à l’Information publique.

Aussi, le Parlement devrait-il renforcer le mécanisme de contrôle et sanctionner les coupables.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 × 24 =