Kinshasa: les bourgmestres interpellés pour abandon de l’assainissement de la ville

0
344
Gentiny Ngobila, gouverneur de Kinshasa,

Le Gouverneur de Kinshasa a réuni, mardi 18 août 2020, les Bourgmestres des 24 communes de la capitale de la RDC. Objectif ? Rappeler  leur rôle dans l’assainissement qu’il a initiée à travers son programme de gouvernance « Kinshasa bopeto ».

Pour Gentiny Ngobila, gouverneur de Kinshasa, il était question de réveiller les bourgmestres qui dorment. Car, beaucoup assistent impuissants à la dégradation de leurs municipalités. Alors qu’ils sont sensés prendre à bras le corps la politique d’assainissement qui consiste à son programme de « Kinshasa bopeto ».

Pour booster cet élan de dynamisme, le Gouverneur a rappelé les différents instruments juridiques dont les bourgmestres disposent. Cela, pour non seulement bien faire leur travail ; mais aussi savoir évaluer le degré de respect des instructions qu’il a données.

Rappel sur deux édits des bourgmestres

Assainissement à Kinshasa
Assainissement à Kinshasa

A cet effet, le Gouverneur a évoqué deux édits. Le premier arrêté n°047 publié en 2020,  portant interdiction de l’utilisation des emballages plastiques non biodégradables à Kinshasa. Le deuxième arrêté n° 048 de cette même année portant sur les mesures collectives d’assainissement de la ville de Kinshasa. Un arrêté accompagné de l’édit du 23 septembre 2013.

En effet, ces dispositifs mettent en exergue certaines obligations. Par exemple, pour les tenanciers des boutiques et magasins, d’entretenir leurs devantures en installant des poubelles. Et, de mettre en place des dispositifs de lavage des mains.

L’assistance

Par ailleurs, le Gouverneur a rappelé l’obligation qu’ont les autorités municipales de veiller aux autres mesures barrières pendant cette crise de Covid-19. Il l’a dit, par rapport au port des masques pour les agents et ceux qui fréquentent leurs activités.

Toutefois, ce premier contact après un long moment de confinement lui a permis de remémorer un autre arrêté datant de 1965. Ledit arrêté, réglemente les heures d’ouverture et de fermeture des bars, terrasses, dancings clubs.

Il faut noter que la nuisance sonore diurne comme nocturne, est un autre point sur lequel l’autorité urbaine a insisté. L’idée étant d’armer les chefs des municipalités pour instaurer une certaine discipline dans la population kinoise.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 − 14 =