Kinshasa: L’eau et les tracteurs, plaidoyers des femmes de Kimpeti à l’Etat congolais

0
55
Femmes solidaire pour la Paix et le Développement (FSPD) dans le village de Kimpeti

Les femmes du village de Kimpeti, un village situé à une centaine de kilomètres du centre-ville de Kinshasa, se sont exprimées, vendredi 18 octobre 2020. Elles lancent un appel à l’endroit des autorités compétentes pour le secours avec l’eau et les tracteurs afin de mener à bon leur travail quotidien d’agriculture.

Elles sont à majorité cultivatrices. Pour ce faire, elles s’investissent notamment dans l’agriculture du manioc, patates douces et arachides. 

L’ONG Femmes solidaire pour la Paix et le Développement (FSPD) est descendu vendredi dans ce village. Objectif ? Sensibiliser sur projet voix et leadership des femmes et des jeunes filles dans les milieux ruraux et péri-urbain de Kinshasa.

Il s’agit d’un projet que finance l’Ambassade du Canada, exécuté par le centre Carter, mis en œuvre par l’organisation FSPD.

Quid du projet ?

Selon Desy Furaha, Présidente de cette organisation, ce projet sera lancé officiellement le 24 septembre à Maluku. Celle-ci, (Maluku) est une commune pilote dans la tenue de ce programme.

A l’en croire, le déclic de ce projet consiste au constat selon lequel les droits des femmes rurales sont parfois bafoués. Pourtant, elles sont des leaders. Ce, entendu qu’elles nourrissent la population avec leur produit issu de l’agriculture. D’où, l’importance de les former afin d’être en mesure de mener des plaidoyers du niveau local, passant au provincial, jusqu’au national. Elle déclare :

« Nous ne voulons plus parler pour elles. Mais que ce soit elles-mêmes qui expriment leurs besoins. Qu’elles soient formées sur leurs droits et les revendiquent. C’est en connaissant les droits, qu’on peut les revendiquer. Cette fois-ci nous voulons changer les stratégies avec ce projet ».

Kimpeti,  Des habitantes s’expriment

Agriculture à Kimpeti
Agriculture à Kimpeti

Mme Maguy Nkituka a remercié le FSPD pour ce projet.

Cependant, elle dit rencontrer beaucoup de difficultés pour cultiver le champ. Il n’y a pas d’eau, pas de route.

« Nous demandons aux Autorités de venir eux-mêmes se rendre comptent des difficultés auxquelles on fait face. Nous cultivons manuellement, sans tracteur. Par exemple, nous sommes pendant la période de campagne en ce moment, mais il n’y a pas de tracteur. Quand nous produisons, il y a des difficultés d’évacuer nos produits faute des routes ».

Sur la même lancé, Mme Maluasa, la soixantaine révolue se rejouit que le FSPD fasse la différence par rapport à d’autres ONG. Veuves et mères d’enfants, elle regrette le travail qui se fait de manuellement. « Que Maman Desy plaide en notre faveur. Nous souffrons énormément ici, à Kimpeti. Lorsque les autorités viendront ici, nous allons leur demander de nous soutenir avec des tracteurs. C’est dur de travailler manuellement ».

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
21 + 7 =