Kinshasa: Dypol projette un atelier sur les 30 ans d’expérience démocratique de la RDC

0
113

24 avril 1990-24 avril 2020. Trente ans depuis que la RDC recoure à la démocratie comme pouvoir de gouvernance du pays. La Dynamique des politologues (Dypol) organise un atelier, du mercredi 2 au vendredi 4 septembre 2020 à Kinshasa.

La Dypol invite le public à l’atelier « science po 4 » qu’elle organise du 2 au 4 septembre 2020 à Kinshasa. Objectif ?  « Faire un état de lieu du processus démocratique et voies et moyens de consolider la démocratie dans les aspects: gouvernance des partis politiques, élections, qualité de l’information, appropriation citoyenne ».

En effet, l’atelier devrait s’organiser au mois d’avril en marge de la célébration de trente ans de l’ouverture démocratique. Etant donnée la pandémie du Coronavirus, les organisateurs ont repoussé l’évènement en septembre.

Pour ce faire, les organisateurs ont trié au scalpel les orateurs qui vont exposé pendant ces trois jours. Il s’agit notamment des Prof. Mokonda Bonza, Katunda, Ipaya et Mukoko Samba. Il y aura également  Jacquemain Shabani ; Freddy Mulumba ; Floribert Anzuluni ; Steve Kivuata ; Sénateur Nkongo ; Me Japhet Tekila ; Mme Madeleine Andeka de la société civile.

Créée depuis le 30 juin 2012, la Dypol est une association réunissant les politologues de la RDC. A cet effet, elle a pour vocation de promouvoir la réflexion politologue ; la solidarité entre politologues et de contribuer  à la consolidation de la démocratie et la gouvernance.

La Dypol. Quid de la démocratie en RDC ?

Dynamique des politologues (Dypol)
Dynamique des politologues (Dypol)

Il faut souligner que le Président Mobutu a déclaré la fin du monopartisme le 24 avril 1990. Ce jour-là, il annonçait le bilan politique de la consultation populaire qu’il a effectué à travers la République.

“J’ai décidé de tenter l’expérience du pluralisme au Zaïre, en optant pour un système de trois partis politique y compris le MPR ; avec à la base, le principe de la liberté pour chaque citoyen d’adhérer à la formation politique de son choix”.

A son entendement, le congolais devrait être en mesure de s’adapter à toutes les circonstances. Question de démontrer que sa volonté de bâtir une société véritablement démocratique, ne saurait d’aucune manière être mise en doute.

Fort de l’expérience du multipartisme de la première République, il estimait que ce changement, devrait éviter les erreurs du passé. De ce fait, il fallait éviter que le multipartisme ne devienne au pays, synonyme de multi tribalisme.

Il considérait le multipartisme comme la manifestation d’une volonté réelle de dépassement de tendance tribale; régionaliste et séparatisme.

Ainsi, les trois partis politiques devraient justifier d’une représentativité nationale suffisante. Car en prenant cette résolution, il voulait favoriser l’avènement d’une nouvelle ère de confrontation. 

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
22 ⁄ 11 =