Kinshasa : Cascade  d’ateliers de capacitation pour l’appropriation de la justice transitionnelle en RDC

0
546
Des facilitateurs de l'atelier sur la Justice transitionnelle en RDC (Ph tiers)

Des ateliers de renforcement de capacité étaient organisés la semaine dernière à Kinshasa pour l’appropriation de la justice transitionnelle en RDC. Une œuvre signée, le Groupe de travail avec l’appui du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH).

 

Ces assises se sont tenus en faveur des acteurs de la société civile, étatiques, des médias, magistrats civils et militaires.

Selon Me Thérèse Kulungu, membre du groupe de travail, c’est depuis le mois de mai que cette cascade a commencé. Ces ateliers ont pour objectif : l’appropriation par la population de la Justice Transitionnelle qui est un impératif pour le retour de la paix en Rd Congo.

Il est question de permettre à tous les acteurs de parler le même langage et même compréhension de ladite justice.

Pour ce faire, des experts nationaux comme internationaux étaient à l’œuvre.

À l’en croire, le temps pour mettre en œuvre la justice transitionnelle dépend de la volonté politique. Car, c’est depuis une année qu’il y a attente de sa matérialisation.  Puisque rappelle-t-elle, cela remonte au 7 août 2020 où le Chef de l’État s’est engagé  à amorcer le processus.

Elle sait toutefois qu’il y a des initiatives non négligeables et des avancées qui peuvent booster ledit processus. D’où elle déclare :

‘’J’ai la foi que dans un avenir proche, le processus sur la justice Transitionnelle verra le jour’’.

Appel à la société civile pour la justice transitionnelle

Me Thérèse Kulungu ne croit pas à un certain blocage quant à l’instauration de la justice transitionnelle.

Pour elle, c’est la faute de la Société civile si les choses n’évoluent pas comme il le fallait.  D’autant plus que les acteurs refusent de prendre les choses en mains et continuent à observer la politique. « Tout s’arrache », lâche-t-elle.

En outre, elle est certaine que la réparation des victimes est une partie intégrante de la Justice Transitionnelle ; si pas la plus importante. Entendu que ladite justice met l’accent sur les victimes. « Tous les mécanismes tournent autour des victimes », fait-elle observer.

Avec la réparation, les victimes retrouvent ce qu’elles ont perdu d’une manière ou d’une autre. Il s’agit notamment de la dignité et la restauration sur le plan physique, moral, psychologique, matériel …

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
3 + 29 =