Justice transitionnelle : Dr Denis Mukwege se fait de plus en plus entendre !

0
316
Nicolas Simard, ambassadeur du Canada et Dr Mukwege à Panzi

Dr Denis Mukwege se fait de plus en plus entendre dans sa démarche sur le processus de justice transitionnelle pour la RDC.  L’ambassadeur du Canada s’est dit totalement d’accord avec lui, à l’issue d’une rencontre, jeudi 8 octobre 2020. 

Nicolas Simard a eu une rencontre très dense et stimulante avec le Dr Denis Mukwege, à Bukavu dans le Sud-Kivu.

A cet effet, il s’est dit d’accord avec le prix Nobel de paix 2018, sur le besoin de mettre fin à l’impunité. Ce, à travers des instances internationales et nationales appropriées et processus de justice transitionnelle.

Pour ce diplomate canadien, il ne peut pas y avoir de paix durable ; ni une amélioration notable du respect des droits humains dans l’Est de la RDC ; sans que les auteurs de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité soient traduits en justice international ou national.

Il a également réitéré l’appui du Canada pour la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre. Aussi, le Canada va accompagner la Fondation Panzi pour mettre en place un nouveau « one stop center » à Kinshasa.

Par ailleurs, les deux personnalités ont abordé la question de la protection de l’hôpital de Panzi et du Dr Denis Mukwege. Ce, avec la mise en place d’une solution durable à long terme au niveau national. D’où, l’importance de l’implication des femmes policières congolaises, avec l’accompagnement de la communauté internationale.

Défenseur de la justice transitionnelle et Citoyen d’honneur de Paris

Ce jeudi 8 octobre, le Conseil de Paris a attribué  la citoyenneté d’honneur au Dr Denis Mukwege le gynécologue dévoué à la cause des femmes mutilées. Anne Hidalgo, Maire de Paris mentionne dans son message que la ville de Paris sera toujours à ses côtés et appelle à nouveau au renforcement de sa protection.

En effet, ce titre lui est attribué puisqu’il dit l’indicible; dénoncer les exactions ; réparer l’irréparable.

Il faut souligner que Dr Denis Mukwege lutte pour la justice aux victimes des exactions en RDC depuis une vingtaine d’année.

Devant le parlement européen en septembre dernier, il a plaidé pour l’établissement d’un tribunal pénal international pour le pays. Pour cause ? La Cour pénale internationale n’est compétente que pour les crimes commis après juillet 2002. Alors que l’inventaire effectué dans le rapport mapping des nations unies couvre la période allant de 1993 à 2003.

Ensuite, il faut tenir compte de la dimension régionale du conflit en RDC. Un pays où diverses armées étrangères et divers groupes rebelles qu’ont appuyé les pays voisins, sont intervenus sur son territoire. 

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
25 × 10 =