Jean-Marc Châtaigner : « Nous devons intensifier nos efforts pour aider la RDC à la justice transitionnelle… »

0
38
Jean-Marc Châtaigner, Ambassadeur de l’UE en RDC

Lancé hier, le dialogue politique entre l’Union européenne (UE) et la RDC se clôture aujourd’hui à l’hôtel du Gouvernement à Kinshasa. À l’ouverture Jean-Marc Châtaigner s’est appesanti sur l’importance d’intensifier les efforts notamment pour aider la RDC à une justice transitionnelle. 

Pour l’Ambassadeur de l’UE, la paix n’est pas encore totalement là en RDC. Car, des populations continuent à souffrir de la guerre, des femmes continuent à être violentées.

Il rappelle la visite effectuée en mars dernier avec ses collègues de l’UE au Dr Denis Mukwege. A cet effet, le prix Nobel de la paix leur a fait part de sa détresse ; de voir les filles de celles qu’il avait soignées à Panzi venir se faire soigner à leur tour. D’où, l’importance d’intensifier les efforts pour lutter contre l’impunité.

« Nous devons intensifier nos efforts pour aider la RDC à définitivement tourner la page des conflits ; neutraliser les chefs et les profiteurs de guerre ; mettre fin à l’économie de guerre, aider à la justice transitionnelle et à la lutte contre l’impunité ».

Pas de paix sans justice

La délégation de l'Union européenne à Panzi avec le Dr Mukwege
La délégation des ambassadeurs de l’Union européenne à Panzi avec le Dr Mukwege. Image/Fondation Panzi

Selon lui, sans jugement des crimes commis, il ne pourra jamais y avoir de retour à une paix durable. Il s’agit notamment de crimes que rapportent le rapport Mapping et tous ceux commis depuis lors.  Et ce, sans reconnaissance et réparation pour toutes les victimes, sans respect des droits de l’Homme. Des actes que commettent en premier lieu, ceux qui sont chargés d’appliquer la loi.

La délégation des ambassadeurs de l'Union européenne avec les membres du gouvernement
La délégation des ambassadeurs de l’Union européenne avec les membres du gouvernement. Image/ UE

De ce fait, il signale le départ programmé de la MONUSCO. Ainsi, le défi du transfert de responsabilité progressif des responsabilités à la partie congolaise devrait engager  tout le monde. Cela,  en tant que partenaires et membres de l’ONU et en tant que partenaires de la RDC. L’UE étant disposée à poursuivre son engagement dans la réforme du secteur de la sécurité dans ses différentes composantes : « la police, la justice et la défense ».

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 + 3 =