Grand Kasaï: le Canada finance un projet de 5 million de Dollars pour l’amélioration des droits reproductifs des femmes

0
39

L’Amélioration de la résilience du système de santé pour assurer la santé sexuelle et les droits reproductifs des femmes et filles. C’est ce que vise un projet de 5 millions de Dollars canadien lancé le 12 juillet 2021 à Kananga, au Kasaï Central.

Il s’agit d’un projet signé par le Canada, l’ONU Femmes et l’UNFPA. Trois structures qui s’engagent pour les droits des femmes à la santé sexuelle et maternelle dans le Grand Kasaï.

En effet, ce projet est financé à hauteur de 5 millions de dollars canadiens. Il sera mis en œuvre pendant 3 ans dans 9 zones de santé des provinces du Kasaï, Kasaï Central et Sankuru.

Ainsi, souhaite-t-il favoriser l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive ; en mettant un accent sur la demande et l’utilisation des services de santé de qualité. Ce, en faisant la promotion des droits des femmes et des filles. L’objectif est de contribuer à la réduction des décès maternels évitables ; faciliter la planification familiale ; combattre les violences sexuelles et les pratiques néfastes comme le mariage précoce.

Déroulement de la cérémonie

Le Fonds des nations unies pour la population (UNFPA) et la Fondation Denis Nyakeru (FDK) au Kongo central. Image d’archive.

Dr Félicien Tshisekedi, Ministre de la santé du Kasaï Central a présidé cette cérémonie.

Il a exprimé sa gratitude aux organisateurs et partenaires. C’est notamment le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) ; ONU Femmes ; et l’Ambassade de Canada en RDC.

Pour Amadou Kane, 1er Secrétaire de l’Ambassade du Canada en RDC, a déclaré:

« l’importance de ce projet pour le Gouvernement du Canada est capitale. Il rejoint tant les priorités du Canada que et les efforts de la RDC en matière d’égalité des sexes ; droit des femmes, des filles et lutte contre les violences basées sur le genre. »

Awa Ndiaye Seck, Représentante Résidente d’ONU Femmes en RDC était également présente. De son côté, elle a remercié et salué l’engagement du Canada pour l’égalité des sexes. Elle a confirmé :

« le respect des droits et la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles sont essentiels ; pour leur pleine participation au développement durable de la RDC.»

En outre, Dr Achu Lordfred, Conseiller technique en santé de la reproduction, délégué du Représentant pays d’UNFPA a rajouté :

« Le respect des droits des femmes et filles et plus particulièrement les droits aux services de santé reproductive est crucial ; pour le développement de la société. Aussi, a-t-il remercié le Canada qui a accepté de financer ce projet. ».   

Il faut souligner ce lancement conclut un atelier de planification rassemblant les expert-e-s en santé publique et en genre venu-e-s des 3 provinces où seront mises en œuvre les activités.

Statistiques des droits reproductifs en RDC

En RDC, la mortalité maternelle reste élevée, avec 846 (EDS-2014) décès maternels pour 100.000 naissances vivantes.

Par contre, il y a possibilité d’éviter de nombreux décès lorsque les femmes connaissent leurs droits ; et recourent aux services de santé, avant leur grossesse, pendant et après l’accouchement.

Les obstacles à l’amélioration de la santé des femmes et des filles ne sont pas seulement de nature médicale.

Les femmes et les filles sont les premières bénéficiaires. Cependant, le projet prévoit également des formations pour le personnel médical. Il inclura également les hommes, les garçons, les chefs religieux, les leaders traditionnels et communautaires. Puisque le respect des droits des femmes et filles à l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive sont cruciaux. Cela, pour le bien-être et la santé de la société dans son ensemble.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 + 6 =