Goma : Déficit criant dans la gestion de la crise humanitaire due à l’éruption du Nyiragongo (FOCDP)

0
150

La Fondation congolaise pour la promotion des droits humains et paix (FOCDP) fait un constat amer de Goma, au Nord-Kivu. Elle dénonce un déficit criant de la gestion de la crise humanitaire due à l’éruption du volcan Nyiragongo.

Ce constat amer concerne le Gouvernement de la RDC et une frange importante des agences des Nations Unies présentes à Goma. Il s’agit de la situation vécue avant, pendant et après l’éruption du Nyiragongo.

Pour la FOCDP, il y a eu un manque des directives claires des autorités pour prévenir la population ; ne-serait-ce qu’une heure avant l’évènement. Si bien  que la coulée de lave a surpris la population et a créé la panique dans la ville.

Communication tardive sur Nyiragongo 

Avant l’éruption, l’organisation est choquée car aucune mesure de surveillance du volcan ne soit prise depuis plusieurs mois ; et qu’aucune simulation d’évacuation de la ville ne se soit opérée. Question de permettre à la population de s’orienter.
Par contre pendant l’éruption, la FOCDP déplore une communication tardive et contradictoire des autorités. Elle regrette surtout qu’ aucune mesure d’encadrement de la population n’est mise en œuvre durant la catastrophe. Ce qui a occasionné des morts  et  la disparition des centaines des personnes constituées en majorité d’enfants.
Pour la FOCDP, l’ordre d’évacuation du Gouverneur Militaire du Nord-Kivu n’est pas totalement suivi Une  semaine après l’éruption. Car cette décision est non assorti des contraintes et des mesures de vérification.  A cela s’ajoute le fait que rien ne soit mis à la disposition des population des zones à risques comme moyen de déplacement.

De plus, l’assistance humanitaire est timide ou quasi inexistantes aux sinistrés qui se trouvent à Sake ; à Bukavu ; Kibumba ; Beni ;  Butembo et partout ailleurs.

Appel et recommandations

Pour en découdre, la FOCDP recommande à la communauté Internationale de se  mobiliser, pour apporter aux sinistrés de l’aide humanitaire. Ce, à travers ses principales agences notamment OCHA, ONU HABITA, UNICEF,  HCR, OIM, FAO, PAM, PNUD, OMS.
Tandis que le Gouvernement de la RDC et à la MONUSCO devraient prendre des mesures sécuritaires et humanitaires. Et ce, à la hauteur de la vulnérabilité des sinistrés où qu’ils se trouvent dans le territoire national.
Il faut souligner que FOCDP salue les familles d’accueil pour leur hospitalité à l’égard des sinistrés. Cette structure exhorte les organisations citoyennes et toutes les personnalités à se mobiliser pour partager avec eux.

 Judith Asina

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 − 1 =