Fistule obstétricale: cheval de bataille de la fondation Panzi

0
436
Dr Mukwege en pleine opération. Image/Musaka-Hopital de Panzi

Dr. Denis Mukwege indique qu’en 20 ans, la fondation et l’hôpital Panzi ont déjà pris en charge 6.957 patientes. Le prix Nobel de la paix 2018 l’a déclaré à Bukavu, au Sud-Kivu, samedi 23 mai 2020. C’était à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale.

Le message du Dr. Mukwege était lu par Dr Christine Amisi, Secrétaire exécutive de la Fondation Panzi. Il indique qu’en RDC, on estime la prévalence à 42.000. Et l’incidence annuelle des cas de fistules est estimée à 5.000 à 7 000 cas.

C’est depuis 1999 que l’pital et la Fondation Panzi prennent en charge les femmes affectées par ce handicap. En 20 ans, 6.957 patientes ont été réparée à Panzi et en outreach. Elles sont porteuses de fistules dans 15 des 26 provinces de la RDC.

L’action de la fondation s’articule autour de trois axes. Il s’agit de la sensibilisation, l’identification des malades  et la formation des professionnels de la santé ; traitement des femmes atteintes de fistules et leur réadaptation ; l’autonomisation économique et la réinsertion dans leurs communautés des femmes ayant bénéficié de réparation.

En effet, son expérience suggère qu’il n’y pas de fatalité. Donc, pas de raison pour une femme de subir ad vitam le traumatisme de la fistule obstétricale. Dr. Mukwege signale :

« Il n’y a pas de raison pour une femme de vivre dans l’isolement social et l’indignité engendrés par ce problème. Aucune raison de ne pas agir lorsque le système de santé a tout simplement fait défaut à une femme. Souvent, à cause de sa situation économique et sociale ».

Contexte du Coronavirus

Cette année, la célébration tombe dans un contexte mondial difficile. Car, dominée par les conséquences physiques, sociales et économiques liées à la pandémie du coronavirus.

Et, la quasi-totalité des pays qui soutiennent financièrement la lutte contre les fistules connaissent ou connaitront une crise financière. Ce qui limitera sensiblement leurs capacités à subventionner cette lutte.

Malgré cela, il lance :

L’équipe de Panzi en photo de famille. Image/Fondation Panzi

« Les pays donateurs et les Etats du monde à continuer à considérer l’élimination de la fistule obstétricale. Cela, comme une priorité et un des indicateurs de la civilisation de notre monde ».

Pour lui, l’élimination de cette maladie est un défi pour les formations sanitaires des communautés et des Etats. Surtout pour l’humanité commune. Car elle s’ancre dans les droits de la femme et  dans le droit de chaque individu à vivre dans la dignité.

La fistule est évitable et traitable

Selon Dr. Mukwege, la fistule est évitable et traitable. L’accès aux soins obstétricaux préventifs et d’urgence est indispensable pour la prévenir. De même, la lutte contre la malnutrition, la réduction des grossesses précoces et la planification familiale constituent une importante stratégie. Question de s’assurer que la femme est physiquement apte à accoucher sans risque.

L’équipe de Panzi en outreach. Image/Fondation Panzi

Dans les pays à ressources limitées, la fistule pourrait être considérée comme l’un des indicateurs de la disparité entre les riches et les pauvres ; des inégalités  femme-homme. D’autant plus que l’on y observe une véritable féminisation de la pauvreté.

Quid de la fistule obstétricale?

La fistule est une communication anormale entre le vagin et la vessie ou le rectum. Elle est due à un arrêt prolongé du travail, en l’absence de soins obstétricaux.

Le contenu de l’intestin ou de la vessie peut alors passer à travers la fistule pour déboucher dans le vagin. Ainsi, elle provoque une fuite d’urines et/ou des selles par le vagin. A plus long terme, elle entraine des problèmes médicaux chroniques.

C’est un des handicaps à long terme et dévastateur lié au travail prolongé. Ce, lorsque la tête du bébé est coincée contre le bassin de la mère, entraînant une blessure des tissus mous. La plupart de cas, le bébé meurt et la mère a des fuites d’urine ou d’excréments ou des deux.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
7 × 2 =