Dr Denis Mukwege : « Le temps est venu de mettre fin à la culture de l’impunité́ en matière de violences faites aux femmes »

0
151
Dr Denis Mukwege (Ph archives)

Dr Denis Mukwege s’est exprimé à l’occasion de  de la Journée Internationale de Lutte contre les Violences faites aux Femmes. Pour lui, il est temps de mettre fin à la culture de l’impunité en matière de violences faites aux femmes.

 

Le prix Nobel de la paix 2018 l’a dit dans une déclaration publiée jeudi 25 novembre 2021. Une date dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes ; et qui lance les 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre.  

Selon lui, les efforts de prévention doivent s’accompagner de la prise en charge des victimes ; et de la poursuite des agresseurs. Car les pouvoirs publics n’étaient pas en mesure de protéger les victimes en temps utile. D’où, ils ont le devoir d’assurer une prise en charge accessible et de qualité́ ; incluant une assistance psychologique, médicale, socio-économique et légale.

Il considère cette prise en charge holistique comme un droit humain à la réhabilitation. Par conséquent, Dr Denis Mukwege appelle tous les acteurs de première ligne concernés ; à adopter une attitude respectueuse et non stigmatisante à l’égard des victimes. Il s’agit notamment de services de police. Parce que la honte et le blâme doivent être transférés à leurs justes places sur les épaules des bourreaux. Il déclare :

‘’Le temps est venu de mettre fin à la culture de l’impunité́ en matière de violences faites aux femmes’’.

Dr Mukwege encourage la libération de la parole

 

Dr Denis Mukwege encourage la libération de la parole des survivantes. Surtout avec les mouvements globaux de femmes qui jouent un rôle important. Non seulement pour attirer l’attention sur l’ampleur et la gravité du phénomène des agressions ; et du harcèlement sexuel au sein de nos sociétés. Mais aussi pour encourager les victimes à faire entendre leurs voix ; et revendiquer leurs droits à la justice, à la vérité́ et à des réparations.

À juste titre, cette dynamique est fondamentale. Puisque pour lutter contre les violences faites aux femmes, il faut briser le silence.

Il lance un appel mondial visant à faire de l’élimination des violences faites aux femmes une priorité́ au niveau international. Un impératif plus urgent dans le contexte de la crise du Covid-19. D’autant plus que la pandémie a exacerbé les inégalités et engendré une recrudescence des violences faites aux femmes.

En somme, il salue le Royaume-Uni  qui établit une ligne rouge contre l’utilisation du viol et des violences sexuelles ; comme méthode de guerre. De même, il soutient l’initiative de la France et du Mexique qui, avec ONU Femmes, ont organisé́ cette année : « Forum Génération Egalité ».

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 × 20 =