Discours de Felix Tshisekedi, Prof. Bily Bolakonga : « des doutes subsistent encore quant à la lutte contre la corruption et le coulage des recettes »

0
168

0Le Recteur de l’Université Mariste au Congo de Kisangani, Chef-lieu de la province de la Tshopo en République Démocratique du Congo a scruté au scalpel le discours sur l’état de la nation du Président Felix Tshisekedi, vendredi 13 décembre 2019, devant les deux chambres du parlement réunies en congrès.   

Pour le Prof. Bily Bolakonga, puisque c’est de lui qu’il s’agit, exprime quelques doutes quant à la lutte sans merci contre la fraude, la corruption et le coulage des recettes.  « Tant il est vrai que le ver est dans le fruit, et ce, au plus haut niveau de l’Etat avec notamment l’affaire tristement célèbre des 15 millions qui ont filés entre les poches de certains acteurs de premier plan qui ne se gênent qu’assez rarement à faire des faveurs touristiques à leurs proches suscitant dégoût, désespoir, perte de foi en l’action et émoi dans le chef des Congolais », se réserve-t-il. Quoi qu’il en soit les observateurs neutres tiendront un registre pour le check-up de nombreuses promesses afin de juger au terme de l’échéance.

Pour lui, le Chef de l’Etat a donné droit à un d’auto satisfaction de son action depuis son investiture. « C’était, à mon sens, un peu moins un état de la nation qu’un discours propagande, mieux une opération de charme », s’exclame-t-il. Car, à plusieurs égards, il a senti une volonté de séduire les cœurs voire les âmes notamment du peuple, des députés et sénateurs, du nouveau cardinal, du Prix Nobel de la Paix Denis Mukwege, de la communauté internationale.  A l’en croire, plusieurs chapelets de bonnes intentions ont été égrenés pendant environ deux heures et demie. Ce qui porte à croire en pleine campagne électorale avec, par ailleurs, une foule des fanatiques mobilisés pour applaudir à une cadence presque régulière. 

Cependant, il ne nie de nombreux aspects intéressants dont il est tels que la réflexion sur l’élection des gouverneurs, le second tour de l’élection présidentielle, la volonté de préserver la constitution de toute altération notamment par rapport aux articles intangibles. Seulement, sur toute la volonté déployée, de nombreuses interrogations restent sans réponses. Il s’agit entre autres de la mobilisation des ressources humaines, matérielles, financières, politiques, diplomatiques pour matérialiser de manière effective ce que le Prof. Bily Bolakonga qualifie de fleuve de promesses. Ce, étant donné le secret de polichinelle selon lequel les encombrants alliés du Président de la République ne sont forcément pas intéressés à voir leur vrai « faux » partenaire réussir brillamment là où eux ont lamentablement échoué. 

Imani 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
12 ⁄ 1 =