Bukavu : l’orphelinat CROFEM reçoit la visite du Centre d’accompagnement et d’encadrement des personnes vulnérables

0
207

L’ambiance était tout autre au Centre de récupération des orphelins et femmes victimes des guerre (CROFEM), dimanche dernier. Pour cause ? La visite du Centre d’accompagnement et d’encadrement des personnes vulnérables (CAEPV) de Kalehe.

Situé à Makoma dans la commune de Bagira, les orphelins de CROFEM était dans une joie immense.

Cette visite consistait à tisser le lien d’amitié entre ces deux centres ; dont les responsables se battent bec et ongles la survie des enfants vulnérables.

Pour Jérémie Ciza Barabagachiza promoteur  d’ACROFEM cette visite s’inscrivait dans le cadre d’échange d’expérience avec leurs homologues de CAEPV Kalehe. Il précise qu’avec les moyens de bord, ce centre de Bukavu encadre 63 enfants orphelins venus de toute part. Il s’agit du Nord-Kivu, Bukavu, Kanyola, Bunyakiri et bien d’autres contrées dont les parents d’enfants sont décédés à la suite des guerres.

Dans ce centre, CROFEM nourrit, vêtit et  paie les fais scolaires pour les enfants  depuis presque de 11 ans de création. Il faut souligner que cet encadrement se fait sans appui extérieur, ni des partenaires, encore moins des autorités compétentes.

Dr Crispin Matembera, coordonnateur régional de CAEPV a également pris la parole. Pour lui, c’était une visite de courtoisie à ce partenaire qui a vu le jour avant le sien. Il signale que son centre s’occupe des orphelins, veuves, veufs et enfants abandonnés.

Ainsi, ce centre situé à Kalehe compte-t-il 350 orphelins dont certains apprennent différents métiers. Cependant, il est affilié à la mutuel de Santé.

Il en a profité pour lancer un cris de détresse aux Autorités compétentes,  afin de venir en aide à ces centres.  Car, dit-il, les idées sont grandiose pour les étendre dans le monde.

’Je lance un appel pathétique aux autorités de bien vouloir prendre cette question avec beaucoup d’intérêt. Car si ces enfants ne sont pas encadrés, c’est une bombe à retardement pour la société congolaise’’.

Héritier Babingwa

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
5 × 1 =