Bukavu: Dr Denis Mukwege ou la référence de PANZI

0
449
Dr Mukwege, Prix Nobel de la Paix

En RDC, il y a des sites réputés protégés. Ils le sont par leurs propres habitants, en fonction de la valeur qu’ils accordent, sur fond d’un attachement spirituel hors-pair.

Par exemple, les adeptes du kimbanguisme protègent et vénèrent le site de Nkamba; et lui accordent la valeur d’une terre sainte. De même les adeptes de Mukuna, au Kasaï Oriental considèrent Mulombodi comme lieu saint; autant que le site de Yakoko en Province Orientale.

Au Kivu, la problématique est bien différente ! Aucun site ne revêt un caractère spécial, quelle que soit la valeur historique qu’il regorge. Est-ce une mauvaise fois des habitants de cette contrée ? Ou bien une simple ignorance de sa propre histoire ? Le présent n’en dit peut-être pas trop, mais le châtiment du futur risque de s’avérer bien plus sévère à l’égard de ces générations qui auront laissé s’effacer une partie de leur histoire.

Panzi, jadis moins connu

Jadis Panzi était connu par la société « Tolenki » qui y avait son siège, ainsi que le camp militaire qui s’y trouvait. Cependant, on n’en parlait qu’en catimini, jusqu’à ce que le Dr. Denis Mukwege y érige le siège de ses actions humanitaires.

Aujourd’hui, par vilain contraste, Panzi devient de plus en plus historique, mais au mépris de ses propres fils. Ce site initialement broussailleux regorge désormais un patrimoine mondial que les populations environnantes ignorent à dessein.

Tout trouve une explication superficielle comme si c’était un acquis. Le grand impact du phénomène semble devenu tout aussi ordinaire, comme si cela arrivait tous les ans, ou mieux dans tous les coins du pays.

Panzi est, à ce jour, reconnu mondialement plus que la RDC. Il suffit de consulter Google pour s’en rendre compte. Même dans diverses communautés situées en dehors du territoire congolais; le nom de Panzi est attaché à plus de souvenir que le Congo, dont la réputation n’a fait que se dégrader au fil des ans.

Endéans quelques années, Panzi a connu un nombre considérable de visite des représentations diplomatiques en RDC, et bien de délégations venues de diverses puissances du monde occidental. Les plus marquées resteront celles de la famille de l’actuel président américain (son épouse et sa fille), des autorités politiques de marque et même des acteurs de cinéma de renommée internationale.

Vue aérien d’une partie de Panzi. Photo/Tiers

Dr Mukwege et la réputation mondiale

Tout ceci se fait autour d’une personnalité qui du reste ne veut pas jouer la star hollywoodienne ; un homme que l’humilité et le sens de la compassion retiennent dans les poussières des banlieues de Panzi; alors qu’il est recherché partout au monde.

Cet homme-là, que Panzi ignore, est un monument dont l’ombre de grandeur sert d’abri à nombreux, mais qui refusent de reconnaitre sa valeur.

Cet homme-là, que Panzi méconnait, a œuvré pour l’implantation d’une banque dans cette zone, ainsi que dans d’autres coins de la ville de Bukavu, afin de rapprocher différents citoyens de ce service qui depuis lors a cessé d’être un luxe.

Au cours des 20 dernières années, outre dans l’industrie extractive minière en RDC, aucune entreprise, n’a engagé en son sein plus de 300 personnes. Mais l’homme de Panzi, cet éminent philanthrope, emploie plus du double de ce nombre au sein de ses deux institutions. Un total de plus de 800 personnes vivent quotidiennement grâce à la Fondation Panzi et à l’Hôpital de Panzi.

Cet homme, qu’on  appelle le réparateur des femmes, n’a-t-il pas fait plus que ce qu’il faut pour mériter autant d’honneurs qu’il n’a jamais eus ? Installé dans la zone depuis maintenant 22 ans, le Dr. Denis Mukwege, car c’est de lui qu’il est question, est resté entièrement dévoué à la cause des personnes vulnérables.

Hors de son antre, le Dr. Mukwege est une idôle ; un véritable monument. Il est de nos jours le défenseur des droits humains le plus primé de l’histoire de l’humanité. Si l’on répertorie ses diplômes de mérites, ses trophées et médailles, l’homme engrange plus d’une quarantaine de distinctions ; mais très peu lui ont été décernées à l’échelle nationale et locale.

Un cachet pour le Dr Mukwege

Loin de l’ingratitude, cette attitude découle d’une culture de malveillance caractéristique qui gangrène la communauté congolaise, et particulièrement la population du Kivu. Alors qu’il détient le mérite d’avoir sauvé des vies à des milliers de femmes, dont nombreuses femmes vulnérables habitant Panzi et ses environs, Mukwege reste un phénomène méconnu, et même perdu dans l’auréole de sa bonté.

Grâce à son plaidoyer, le rapport Mapping surmonte la surface comme un iceberg découvert. L’expression et l’audace reprend pour les défenseurs des droits humains dans toute la république.

L’homme aux grands records, ne mérite-t-il pas plus d’honneurs ?

Ne fallait-il pas qu’un monument soit érigé en son hommage, dans ce quartier qui réclame de s’ériger en commune ?

Même sans que cela ne soit solennellement décidé, le nom de Mukwege est désormais étroitement lié à l’identité de Panzi ; ce qui de droit ferait de cette nouvelle commune un patrimoine à sa marque.

Mais le plus grand travail reste de conscientiser ce peuple  aveuglé par des gains égoïstes sur l’apport collectif d’un  héros dans sa société.

Imani-Amani

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
20 − 18 =