Au-delà du Covid-19: Dr Mukwege alerte sur les massacres endémiques à l’Est de la RDC

0
353
Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de paix 2018

« Il y a urgence pour nos autorités à démontrer une réelle volonté politique pour mettre fin à l’insécurité à l’Est ». C’est en ces termes que s’est exprimé Dr. Denis Mukwege, prix Nobel de paix 2018, dans un communiqué.

Pour lui, la Pandémie Covid-19 ne doit pas faire oublier les massacres endémiques en République Démocratique Du Congo.

Il dénonce les tueries à répétition dans les Nord-Kivu, Sud-Kivu, l’Ituri et le Tanganyika. 

En effet, ces massacres sur les populations civiles déjà traumatisées totalisent plus de 20 ans. Il s’agit de cycles de violences et de conflits qui se poursuivent comme de simples faits divers. Dr. Denis Mukwege regrette que ces crimes passent encore sous silence en cette période de la Covid-19.

Déterrer le rapport Mapping

Face au Covid-19, le gouvernement a montré qu’il peut faire preuve de volonté politique. A cet effet, il a pris des mesures de prévention qui s’imposent pour sauver des vies.

Selon Dr. Mukwege, c’est urgence que les autorités démontrent également une réelle volonté politique pour mettre fin à cette insécurité. Il appelle à prendre des mesures nécessaires pour prévenir le non répétition des violences à grande échelle. Une situation que la population subit depuis plus de 20 ans.

« Les solutions existent », dit-il. Elles ont été listées dans les recommandations du Rapport Mapping du Haut-Commissariat des Nations Unies publié il y a 10 ans. Un document qui recommande l’établissement d’un tribunal international pénal pour la RDC et/ou de chambres spécialisées mixtes ;  des mécanismes de mise en œuvre de la vérité ; programmes de réparation, et réforme profonde des secteurs de la sécurité et de la justice.

Il signale que le temps est venu de déterrer le Rapport Mapping. Car, les victimes d’aujourd’hui et d’hier ont droit à la justice, la vérité, des réparations et des garanties de non renouvellement. Ce, face aux atrocités qui doivent interpeller tout le monde. Aussi, doivent-elles susciter des actions fortes des autorités congolaises et de la communauté internationale.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
2 × 24 =