Attaque en Ituri: Dr. Denis Mukwege demande de déterrer le rapport Mapping

1
1679
Le Dr Mukwege, lors d'une conférence à Bukavu. Image/Svein

Une vingtaine de personnes ont été tuées à la machette aux premières heures du dimanche, 17 mai 2020. Résultat d’une attaque à Djisa, chefferie de Bahama Nord dans le territoire de Djugu en Ituri.

Dr. Denis Mukwege exprime le raz-le bal de cette énième attaque dans l’Est de la RDC. Le prix Nobel de la paix réagit farouchement dans un tweet. Il demande d’examiner le rapport Mapping sur les violations les plus graves des droits de l’homme entre 993 et 2003. 

Le monde libre, né après 1945 devrait avoir honte des massacres qui se commettent en RDC depuis plus de deux décennies. Les criminels sont connus et protégés. Le rapport Mapping doit être déterré pour mettre fin à ce scandale”.

Zoom sur le rapport Mapping ?

Il s’agit d’un rapport qui concerne les violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Des actes commis entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la RDC.

En effet, le rapport est le fruit de nombreux entretiens et échanges avec plusieurs centaines  d’interlocuteurs. C’était  tant des  Congolais  que des étrangers,  qui  ont  vécu  les  atrocités commises  dans  ce  pays.  Le rapport Mapping s’efforce  de  refléter  leurs  témoignages  ainsi  que  leurs aspirations  pour  la  justice. 

Cependant,  aucun  rapport  ne  peut  suffisamment  décrire l’horreur de ce que les populations civiles du pays ont vécu. Presque chaque personne a une ou plusieurs histoires de souffrance et de perte  à  raconter.  Certaines  victimes  sont  devenues  auteurs  de  crimes. Des responsables  de  crimes  ont  été  victimes  de  graves  violations  des  droits  de l’homme  et  du  droit  international  humanitaire. Alors que le cycle  de  violence qui  n’est  pas encore terminé.

Vivement la justice

En effet, ce rapport ne vise  pas  à  attribuer  de  responsabilités  individuelles,  ni  à  blâmer  un  groupe  plutôt  qu’un autre.  En  toute  franchise,  il  laisse  aux  victimes  et témoins  la  description parfois brutale des tragédies qu’ils ont vécus. 

À en croire la préface, le rapport procède à une évaluation de la justice en RDC. On y trouve des réflexions et avis de nombreux acteurs et intervenants du système et ceux qui en sont également victimes. Il offre des options pouvant inspirer les acteurs Congolais et internationaux impliqués dans le redressement l’édifice de la justice. Une justice  qui fait  face  à  de  multiples  défis.

Aussi, le rapport plaide  pour  un  engagement  renouvelé  des  autorités  à redonner à la justice sa place. Ce qui devrait être l’un des piliers fondamentaux de la démocratie. Finalement,  il  regarde  vers  l’avenir  en  formulant  différentes  options  que pourrait  emprunter  la  société  congolaise. Question de composer  avec  son  passé,  lutter  contre l’impunité et faire face au présent. Cela, à l’abri du danger de voir se répéter tant d’horreurs. 

Rappel des faits

L’attaque s’est déroulée à 1h du matin à Djisa, dans le territoire de Djugu. Une dizaine d’assaillants ont fait incursion dans cette agglomération. Ils ont tué une vingtaine de personnes à la machette.

Il y a notamment des enfants, des femmes et des personnes âgées parmi les victimes. Dix-sept blessés ont été acheminés à l’hôpital de Drodro. C’est une agglomération située à environ 70 km de Bunia, le chef-lieu de la province.

Il s’agit de la deuxième attaque en une semaine. Les FARDC n’ont pas réagi plus tôt parce, selon eux, les miliciens n’ont pas utilisé d’armes à feu. Elles disent également  qu’il y a eu infiltration dans la communauté. Le gouvernement central indique qu’un renfort militaire devrait y être dépêché dans les jours à venir.

Judith Asina

 

Lire le rapport Mapping

drc_mapping_report_final_fr

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =