Armée ougandaise en RDC : « C’est une pire nouvelle qui ne peut jamais passer dans les oreilles d’aucun congolais »

0
144
Paulin Mulume, militant mouvement citoyen "Il est temps" (Ph tiers)

Paulin Mulume, réagit à la décision d’inviter les forces armées de l’Ouganda en RDC. Ce militant du mouvement citoyen « Il est temps » estime que : « c’est une pire nouvelle qui ne peut jamais passer dans les oreilles d’un congolais ».

 

Paulin Mulume se pose plusieurs questions au sujet de l’invitation de ces troupes sur le sol congolais. Il s’agit de : savoir s’il faut déduire l’incapacité des FARDC et de la MONUSCO à venir à bout de l’activisme des groupes armés actifs à l’Est du pays ? si oui pourquoi devons-nous continuer à garder les forces de la MONUSCO ?; Pourquoi toujours se tourner auprès des même bourreaux d’hier, au lieu de solliciter ; si c’était vraiment nécessaire, pareille aide auprès d’autres pays amis et alliés ».

Et d’ajouter :

« Quelle est la durée exacte de pareilles opérations en coalition sur le sol congolais ?; Est-ce que le Gouvernement congolais a pris tout le temps d’apprendre de ses nombreuses expériences précédentes. Ce, à la suite des activités militaires et paramilitaires menées dans le passé sur le territoire congolais avec les armées rwandaises, burundaises et ougandaises ? »

Paulin Mulume dit non catégoriquement

Pour Paulin Mulume, les congolais de l’Est ont un de très mauvais souvenirs de la présence des forces étrangères ; dans toutes les institutions, jusque dans l’armée. En particulier les pays voisins cités ci-haut qui nous qui ont tués, violés, pillés et volés ; jusqu’à de niveaux sans commune mesure, cela pendant plusieurs années.

« Nous disons non », dit-il.

‘’Pour nous, c’est la pire nouvelle qui ne peut jamais passer dans les oreilles d’aucun congolais ; surtout pour avoir vécu la terreur des dernières opérations dites conjointes’’.

De plus, il se demande : «  si les élus sont informés de l’accord sur la mise en place de cette Coalition militaires avec les États étrangers ».

En somme, il recommande au Gouvernement de se focaliser sur la réforme et la modernisation des FARDC. Il est question selon lui, d’aboutir à une armée dissuasive, à la fois défensivement et offensivement. Parce que le pays possède des ressources. Il suffit de les mobiliser et mieux les canaliser.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 − 10 =