Affaire Bijoux Goya / Thambwe Mwamba: « Si la requête de redévabilité était l’oeuvre d’un sénateur masculin, on aurait pas enregistré des qualificatifs aussi péjoratifs de type immoralité et fric ».

0
366
Thambwe Mwamba / la sénatrice Bijoux Goya

Le Professeur Paul-René Lohata déplore l’attitude de ce qu’il appelle  « l’être et l’essence du FCC ». Les réaction des 23 femmes signataire du communiqué prouve que le FCC (Front Commun pour le Congo) est géré de manière traditionnelle ou paroissiale.  La femme y est considérée comme esclave et n’aurait pas droit au chapitre sur la place publique.

« Thambwe Mwamba ne se donne même pas la peine de répondre à la préoccupation de l’intéressée; mais ses échappatoires sont plébiscitées par les femmes du FCC » s’écrie  Lohata Tambwe  Paul-René, confus.

Il recours au concept de domination hégémonique (A.Gramisci) où la dominée fait siennes les valeurs  (schèmes) culturelles du dominant.

Médiocrité

Le Prof Lohata trouve que la médiocrité est la faille dans le système de gestion du FCC. Ce système ne peut pas conduire la nation vers son développement. . Il regrette:

« si la requête de redevabilité que la sénatrice avait adressée à  Thambwe  Mwamba était l’oeuvre d’un sénateur masculin, on aurait pas enregistré des qualificatifs aussi péjoratifs de type immoralité et fric collés à Madame Goya.

« Les femmes congolaises animées de l’esprit de l’initiative et du développement doivent aller ailleurs et tourner le dos au FCC » soutient-il.

Il pense qu’au FCC, elles n’ont pas les moyens de renverser les rapports sociaux de domination masculine qui alimentent leur chosification.

Et de conclure, « Je ne vois pas comment on peut aller au développement en Rdc sans le concours de l’être la moins corrompue de notre société ».

Rappel

Rappelons que dans un communiqué rendu publique, 23 femme du FCC se désolidarisent de leur collègue Bijoux GOYA. Cela fait suite à une échange de dénigrement devant camera dans la plénière du 1.Mai.2020.

Pour les femmes politiques du FCC, il fallait que la victime se taise et encaisse sans réaction. Elles avancent qu’elle a pris la parole sans autorisation préalable.

Etre traité de femme incompétente, légère et sans moralité n’est pas une injure pour les vaillantes politiciennes qui ont géré ou aspirent à gérer ce pays.

« l’Honorable GOYA n’a pas agi en tant que femme; mais plutôt parlementaire et politique »

note le groupe de 23. Comme si elles ont la latitude de dissocier les casquettes présentées.

Amani

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
11 × 3 =