Affaire Barrage de Busanga: le Président Tshisekedi appelé à se solidariser aux victimes du déguerpissement des villages

0
193
Population déguerpi à Busanga. Image/Tiers

Le déguerpissement sauvage près du barrage de Busanga, dans la province du Lualaba, en RDC, fait jaser. Saisissant l’affaire, 53 organisations de la société civile appellent le Président Felix Tshisekedi à se solidariser aux victimes des villages avoisinants. 

En effet, ces organisations dénoncent avec la dernière énergie la destruction des villages et le déplacement forcé des habitants. Elles estiment que la privatisation du secteur de l’électricité ; et le besoin de l’énergie ne devrait pas être une excuse pour bafouer les droits des communautés locales.

Ainsi, elles appellent le Président de la République à se montrer solidaire avec les victimes de ce déguerpissement ; et d’autres processus de délocalisation malmenés.  De ce fait, il devrait prendre toutes les mesures nécessaires pour qu’un tel drame ne se répète.

Ces organisations regrettent que les autorités provinciales aient envoyé la police et l’armée pour encadrer la destruction totale de trois villages. Il s’agit de villages 48 heures, Monga Lubuza et Kamalenge.  La scène s’est déroulée le 3 octobre 2020, avec comme conséquence, plus d’un millier de constructions détruites. Ce, en dépit de recours administratif et judiciaire en cours. 

Depuis lors, les communautés habitant ces villages sont sans abris. Ils se trouvent éparpillés dans la zone notamment sur les concessions des entreprises minières MMR et TRANSVAL  ainsi qu’au village Kyamasumba.

Selon ces organisations, ils dorment à la belle étoile, munis des matelas et autres effets personnels qu’ils ont pu sauver. Cependant,  leur situation est extrêmement précaire.

Zoom sur le site hydroélectrique de Busanga

Destruction des habitations
Destruction des habitations

Il faut souligner que le site hydroélectrique de Busanga est le plus grand projet construit en RDC depuis Inga 2. L’entreprise Sicohydro l’a développé pour alimenter la SICOMINES au Lualaba. Aussi, est-il le premier projet de grande envergure depuis la privatisation du secteur de l’électricité en RDC.

Les Organisations de la Société Civile demandent au Président un signal politique fort, destiné aux gouvernements tant national que provinciaux. Cela, pour que le développement du pays se passe dans le respect des droits humains des communautés locales qu’affectent les projets d’investissement en RDC.

Judith Asina

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
20 × 2 =