60 ans d’indépendance : les priorités de Noël Tshiani pour diversifier l’économie

0
207
Arrivée du roi des Belges, Baudouin, le 29 juin 1960, à Léopoldville, pour la célébration de l'Indépendance du Congo. Il est accueilli à l’aérodrome de Ndjili par Joseph Kasa Vubu, président de la république du Congo indépendant et Patrice Lumumba, Premier ministre. © Archives Jeune Afrique-REA

Noël Tshiani ne s’arrête pas qu’à critiquer la gestion du pays, 60 ans après l’indépendance de la RDC. Cet ancien candidat fait également des propositions pour sortir de cette situation qu’il qualifie de catastrophique.

Pour commencer, il recommande de mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Ce qui suppose qu’il faut bannir tribalisme qui continue à diviser le pays.

« Tous les congolais sont les mêmes et ils doivent travailler ensemble avec le même objectif ».

Après, il appelle à investir dans l’homme et la femme congolais, notamment, dans l’éducation, la santé et l’autosuffisance alimentaire. Et puis, aller dans les infrastructures de base. Il s’agit de de l’eau potable, l’électricité, des services de télécommunication à tous les ménages du pays. Construire les routes et les autoroutes qui intègrent toutes les provinces du pays pour devenir un seul marché.

« Nous avons l’impression qu’on a 26 provincettes qui sont détachées les unes des autres et qui ne sont pas collées ».

Diversification de l’économie après l’indépendance

Dr. Noël Tshiani, candidat à l’élection présidentielle 2018

Pour diversifier l’économie, Noël Tshiani recommande de commencer par ce qui touche directement à l’homme. Allusion faite à l’autosuffisance alimentaire en investissant sérieusement dans l’agriculture, l’élevage, la pêche. Question de développer toute une industrie agroalimentaire en vue de produire localement pour la consommation. Ce qui va conduire à développer le secteur minier.

« Nous devons changer la dynamique pour transformer localement les matières premières congolaises en produits finis, semi-finis. Objectif ? Créer des emplois pour les congolais ».

Il est convaincu qu’en 15 ans, le Congo sera différent de celui hérité jusqu’à présent, après 60 ans d’indépendance.

Epanouir chaque congolais 

Noël Tshiani suggère par la suite, investir dans le secteur capable de créer un environnement permettant à chacun de s’épanouir. Exemple, l’éducation pour que chaque enfant contribue non seulement à sa propre survie mais au développement du pays. Aussi, maintenir l’homme congolais en bonne santé. De ce fait, avoir un système où chacun peut juste aller à moins de deux kilomètres pour arriver à l’hôpital. Il propose 100 hôpitaux pour 100 millions de congolais. Ensuite, constituer un système d’assistance maladie universel qui permettra à chacun de se faire prendre en charge.

En conséquence, il faut créer des emplois pour les congolais. 65 à 70 % de la population congolais vit les milieux ruraux. Pour ce faire, il propose de développer l’agriculture, l’élevage et la pêche. « Développer tout une chaîne de l’industrie agroalimentaire pour inonder nos propres marchés avec les produits agricoles congolais. Ensuite, les exporter vers l’étranger ».

Par-dessus, accélérer l’industrialisation après l’indépendance. Les matières premières congolaises doivent cesser d’être produits simplement pour les marchés extérieurs. Il y a lieu de les transformer en produit fini à l’intérieur du Congo. Exemple, le Coltan qui sert à fabriquer entre autres les téléphones intelligents et télévisions. Réfléchir sur comment développer ce secteur. S’il n’y a pas moyen de le faire, les investisseurs peuvent venir travailler avec les congolais.

« Appliquons maintenant cette logique à toutes les matières premières congolaises ».

Cette vision s’appliquera en mobilisant tout le peuple congolais. Une vision qu’il qualifie de « plan Marshall de Noel Tshiani pour la reconstruction et le développement de la RDC ». Un document qu’il actualise pour intégrer les défis qu’a soulevé la pandémie à Covid-19. Car, il fait ressortir certains éléments de faiblesse dans le fonctionnement de l’administration publique, notamment les éléments de la gouvernance.

Judith Asina    

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
13 × 13 =